les objets

Publié le 29 Mai 2022

Rédigé par Atelier Ecriture

Publié dans #Les objets

Repost0

Publié le 29 Mai 2022

 
 

Dorian s'est assoupi sur banc public
Portrait inachevé
Dans sa main un miroir minuscule
En forme de pomme, ou peut-être
Une lunette brisée
Mémoire maigre du monde des fées
Une glace au reflet liquide
Lac de mercure aux vagues immobiles
où passer les frontières
La porte des étoiles, dimension parallèle
Où choisir d'autres routes, inventer nouvelle voie
Croiser nouveau destin, reprendre la main
Ici et là tout à la fois.
Une mélasse d'identités traversent le verre
Sans même toucher l'étain,
Dorian est jeune, et il est vieux
Ne sait plus démêler
Le vrai du faux, le rêve de la réalité.
La lumière sur la glace
Suggère en lui nouvel incendie
Morcelle le moi en lui..
Dorian sommeille en monde parallèle
Le miroir spécule, réfléchit d'autres échos
Il va voler d'autres visages, puiser au fond des yeux
La force, le courage, ou bien le ténébreux
Qui se mirent et s'admirent
Jusqu'à pouvoir se noyer
Et rejaillir en fleur.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Nadine

Publié dans #Les objets

Repost0

Publié le 27 Mai 2022

 

Assis sur une souche d'arbre fraîchement coupée, Expérios regarda, avec une curiosité amusée, cette habitante d'Antarius qui venait vers lui animée d'une détermination qui ne laissait présager rien de bon.

-Mais qui voilà ? Quelle bonne surprise ! C'est une personnalité qui nous fait l'honneur de sa présence sur Terre. Bonjour Tahidja. Je t'espère cernée par le bonheur le plus complet et dans l'impossibilité d'y échapper.

-Je ne te salue pas Expérios. J'ai dû traverser l'espace temps pour venir chercher Claodius et le ramener loin de ton influence néfaste, sur la planète qui l'a vu naître.

- Éprouverais-tu quelques sentiments pour lui ? Toi que l'on dit si froide que notre soleil se transformerait en un immense iceberg à ton contact. Allons ! Je ne suis pas inquiet, une belle femme comme toi n'a que l'embarras du choix pour choisir le mâle qui s'inclinera devant elle.

-La notion de beauté n'existe plus chez nous. Il y a longtemps que nous ne nous regardons plus. Le regard que les autres nous portent est suffisant, ainsi nous avons écarté toute forme de vanité et personne ne se penche sur son ego. Plus de jalousie mal placée, seul le service que nous devons à la communauté est important. Quant à la fécondation, elle n'est plus d'actualité . Notre cota d'habitants ne peut être contrarié que par un incident technique et nous recréons un humain qui correspond aux besoins de la cité. Ainsi tout est parfait dans le meilleur des mondes… Le nôtre.

-C'est vrai, tu ne te regardes jamais ?

-Jamais ! comme je te l'ai dit ça n'a aucun intérêt

- Viens, approche, n'ai pas peur je ne mords pas. Viens voir ce que j'ai trouvé dans ces ruines qui sont derrière toi.

Et il tendit à Tahidja un petit objet en deux parties repliées sur elles-mêmes.

- Regarde. Cela ressemble à une pomme. La pomme est un fruit que certains arbres recommencent à nous offrir. Sur le dessus on dirait une femme, vue de dos, qui s'évente avec ce qui semble être un chapeau pointu. Mais si tu ouvres l'objet ‘‘MIRACLE’’ !! La personne que tu vois dans la partie brillante... C'est toi !

- MOI !!! écarte-toi Expérios. Tu me crois idiote à ce point ? C'est une de ces satanées inventions que nous avons fui pour retrouver la sérénité et l'égalité de tout un chacun. Et puis qui me dit que cette image est la mienne ? Toi ?… Toi qui prêche une religion qui va amener les terriens à se battre entre eux, ne serait-ce que pour être les plus beaux. Ce objet n'a été créé par ton dieu que pour semer la discorde entre les terriens.

- Si Dieu l'a créé c'est que les hommes l'ont voulu. La différence, avec vous, c'est que nous n'avons pas peur de la réalité. Nous assumons notre existence. Les anciens acceptaient les comparaisons, et ils appelaient ces objets des "miroirs" Ce miroir sera désormais le symbole de la vérité.

-Nul besoin de ta vérité, le regard des autres nous parle. Pas d'artifices superflus pour représenter ce que nous sommes.

- Et quand tu coiffes tes cheveux ou que tu te pares comme une de ces princesses anciennes....

-Expérios ! N'oublie pas qu'au niveau civilisation plusieurs siècles nous séparent. Garde ton miroir. Mon expérience acquise dans les témoignages de ces siècles passés me confirme que bientôt vous en ferez des plus grands parce-que vous passerez votre temps à vous admirer et à tout faire pour briller plus que le voisin. Vous voudrez éliminer celui qui menace de vous faire de l'ombre. Plus grand, plus beau, plus fort, vous ne vivrez que pour cela, ça sera le début de ce qui vous amènera à votre perte. Et quand vous le comprendrez, vous ferez comme nous. Votre science vous imposera la fuite sur une autre planète ou vous vivrez sans miroir, car vous apprendrez à regarder autour de vous, à vous méfier de tout et vous vous imposerez des règles strictes, propres à garantir à vos familles le droit de vivre dans la sérénité et la paix retrouvée.

-Tais-toi Tahidja. retourne sur Antarius et laisse Claodius vivre sa nouvelle vie. Tu sais.. il y a quelques jours un homme m'a demandé où était Dieu ? Je lui ai répondu " Va à la rivière, penche-toi au dessus de l'eau et tu verras Dieu dans le reflet de l'ondée " Tout cela pour te dire que les choses simples doivent rester simples. Un miroir n'est jamais qu'un miroir. L'homme a la possibilité de faire un choix, et ce choix lui appartient. Il inventera le bâton. Soit il s'en servira pour aider à la marche, soit pour frapper son prochain. Ni toi ni moi ne serons peut être plus là. Moi si on me rappelle là haut... Toi si un incident technique fâcheux contribue à la création d'un élément de remplacement.

- Je ne sais pas d'où tu viens, Expérios, mais mon intuition me dit où tu va aller.

- La mienne, Tahidja, me prédit que les hommes ne vont pas tarder à créée " le miroir des sorcières "


 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Fernand

Publié dans #Les objets

Repost0

Publié le 26 Mai 2022

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce miroir peut-il être une sonde

Qui réceptionne du bout des mondes

Sur certains éléments d'événements

Aléatoires ou très importants.

 

L’Irruption imminente d'un volcan,

Une grande marée en occident,

La prospérité et la relance

D'une bonne économie en France !

 

La paix et sérénité retrouvées,

La joie et le sourire des enfants,

Sans oublier une seule contrée,

Rassemblant tous les jaunes, noirs et blancs.

 

Mais pourrait-on vivre en harmonie

D'est en ouest, du nord et en Asie,

Rassembler rires francs, rires jaunes,

Titis parisiens avec les Gones.

 

Ce miroir ne peut être en somme

Que le reflet d'une personne,

En noir ou blanc ou plusieurs couleurs,

Selon négatif ou bouquet de fileurs.

 

Peut être élément de salle de bains,

Un trône incongru ça c'est certain,

D'une main relevant la lunette.

Voir autre miroir si l'eau est nette.

 

Le couvercle en femme galante

Trônerai mieux sur un guéridon,

Élancée et très élégante,

Ex maîtresse ou future amante ?

                Question embarrassante !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Louis

Publié dans #Les objets

Repost0

Publié le 25 Mai 2022

La pie, poussée par son instinct de voleuse, se précipita lorsque Alice fit tomber quelque chose de brillant.

Ses ‘jacassements’ firent se retourner la jeune fille qui se mit à pleurer, puis essuyant ses larmes d'une main gantée, elle fit de grands gestes qui attirèrent l’oiseau et d’un mouvement d’aile, il fit tomber l’objet.

« Regarde, Regarde ! » cria la pie.

Son cœur se mit à battre, ses mains le serrèrent contre sa poitrine, des larmes de joie coulèrent doucement le long de ses joues, ses yeux bleus jetèrent des éclairs !!

- Ma chérie, cria une voix, viens vite, grand-mère vient d’arriver.

Aujourd’hui, la fée Denise fait son apparition, les bras chargés de merveilles, s’avançant en trottinant, laissant tomber de ci de là des vieilleries ‘sacrées’.

- Mamie où as-tu encore volé tous ces objets ?

- Tu sais, aucun ne sera plus magique et ensorcelant que ton petit miroir, ne t’en sépare jamais, il est magique. Durant ma jeunesse, je l’ai dérobé à la fée Grivoise ; d’après cette dernière, c’était le cadeau d’un galant bossu ayant retrouvé sa prestance grâce à ce petit objet en forme de pomme.

La fée volait, voulant espérer la jeunesse éternelle.

Grand mal lui en fit car, à partir de ce jour, son visage ressembla de plus en plus à un vieux singe grimaçant.

Fée Denise, toujours pleine d’empathie, songea à Alice que la vie n’avait pas gâtée. Cette belle enfant était muette.

- Le miroir, pensa-t-elle, je dois lui offrir, un miracle aura-t-il peut être lieu.

Bébé, elle jouait avec, lorsqu’il s’ouvrait, voyant son petit visage dans le miroir, cela déclenchait un rire aux éclats. Le gardant dans sa poche tout au long de sa vie, l’effet bienfaisant eu raison de la malédiction.

- Je me regarde de temps en temps, poussée par la force d’être toujours moi-même, merci mon petit miroir en forme de pomme, incrusté d’une forme humanoïde de dos comme ayant réalisée son ultime mission...

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Dominique

Publié dans #Les objets

Repost0

Publié le 24 Mai 2022


 

Tout au fond d’un tiroir dans une commode achetée à un vide grenier, je l’ai trouvé. Étonné, car sur le moment, je ne savais pas à quoi il pouvait servir. Léger, en bois sali par les années, l’objet m’intriguait. Délicatement je le pris dans mes mains pour l’observer sur toutes ses coutures et avec un chiffon imbibé de cire nettoyante, je me mis à le frotter. Le bois semblait me remercier et laissait apparaître ses veines noires et rouges. Sur une de ses faces, je découvris une incrustation en nacre. Elle représentait une jeune femme de dos qui semblait dire au revoir en saluant de son chapeau. L’allure et la forme du couvre chef me rappela mon voyage au Vietnam. L’objet gardait son secret, à quoi pouvait-il servir ? Je me plongeais dans une recherche sur le net, mais sans grand résultat. C’est au moment ou je voulus le déposer qu’il m’échappa des mains et alors, devant mes yeux éblouis, il s’ouvrit laissant apparaître un tout petit miroir.

Je m’approchais pour le contempler lorsque je la vis, elle, la dame de nacre. Elle me souriait comme pour me remercier de l’avoir délivrée. Sur le moment je dois l’avouer, j’eus un peu peur et je refermais aussitôt l’objet. Ma curiosité fut plus forte que ma peur et j’ouvris à nouveau ce miroir magique. Oh ! Bien sûr, elle ne me parlait pas mais elle me faisait des signes comme celui du langage des sourds et muets. Le temps passa et je pris l’habitude de venir discuter avec ma nouvelle amie. Elle me raconta comment un jour, elle, jeune femme vivant au XVIème siècle fût enfermée là.

Tous les jours, elle voulait rester belle et pour effacer les rides du temps, elle venait se pencher au dessus du miroir. Et un jour à trop vouloir se regarder, elle fut aspirée et condamnée à vivre dans ce miroir de poche. Seule une personne qui ne se préoccupe pas du regard des autres pourra la voir et lui parler. Elle qui avait appris à ses dépens que les miroirs ne réfléchissent pas, mais qu’ils nous donnent une image de notre moi.

Depuis ce jour, j’emporte avec moi ma nouvelle amie dans sa boite. Elle est devenue ma confidente à qui je raconte mes secrets, mes espoirs. Avec elle, j’écris mon histoire.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard

Publié dans #Les objets

Repost0

Publié le 24 Mai 2022

Quand Blanche-Neige épouse son Prince Charmant, celui-ci lui offre à son tour un miroir magique. Un petit miroir caché dans un bois précieux par une petite porte. L’objet ressemble à une pomme, une pomme aplatie mais une pomme quand même, en bois sombre doux et lisse.

La marraine du Prince, la fée de Chine, a enchanté le miroir et décide de s’y installer. Elle se fait minuscule et s’incruste sur la porte. Avec ses cheveux noirs, aussi noirs que ceux de Blanche-Neige, elle est ravissante dans sa longue robe nacrée qui scintille à la lumière. Elle veille sur cet objet magique. La côté ‘‘pomme’’ du miroir rappelle de mauvais souvenirs, il vaut mieux éviter un autre empoisonnement de pomme, fut-elle aplatie et en bois.

Le miroir, lui, dort tranquille. Quand Blanche-Neige ouvre la petite porte pour s’y mirer, il réfléchit un moment avant de lui renvoyer son image. Il veut qu’elle se trouve belle et oriente la lumière de la plus jolie façon pour éclairer sa peau, blanche comme la neige, de douceur. Blanche-Neige ne se voit pas vieillir. Grâce au petit miroir, elle reste toujours belle.

 

Les années passent. Le Prince Charmant devient un vieux roi fatigué et Blanche-Neige, une vieille reine malade. Un matin, elle ne peut plus se lever, elle n’a plus de force. La fée a mal estimé le danger : le poison n’était pas dans la pomme mais dans le temps.

Dans le château tout s’arrête.

« La reine se meurt », chuchote-t-on dans les cuisines. « La reine se meurt », chuchote-t-on dans les couloirs, « La reine se meurt », chuchote-t-on dans les écuries.

Le vieux roi, effondré, s’allonge près de sa femme pour mourir avec elle.

 

Comme chacun sait, quand ils se marièrent, ils eurent beaucoup d’enfants. Alors, le fils aîné monte sur le trône à la place de son père, ce qui irrite fortement la cadette, enrage le troisième, énerve la quatrième, et ainsi de suite jusqu’au dernier des nombreux enfants. La révolte gronde, les complots se trament, la famille jusque là unie, se désagrège.

 

La fée et le miroir, devant cette catastrophe imminente, élabore une stratégie magique. Le miroir réfléchit toute la lumière du soleil sur le vieux couple pendant que la fée, brandissant son chapeau chinois au-dessus de sa tête pour ne pas être aveuglée, leur jette un sort de rajeunissement et d’immortalité. Blanche-Neige et le roi retrouvent leur jeunesse et intègrent à jamais le livre de conte dans lequel leur histoire avait commencé.

 

Le petit miroir à la pomme en bois et la fée de Chine n’ont pas suivi Blanche-Neige dans le livre. Ils préfèrent traverser le temps pour faire rêver les gens et inspirer parfois des histoires sans queue ni tête, comme celle que vous venez de lire...

 

Voir les commentaires

Rédigé par Mado

Publié dans #Les objets

Repost0

Publié le 28 Avril 2022

LA BOITE RONDE

 ATELIER

Les figures d'analogie

Voir le lien ci-dessous :

LECTURE

Le Vase brisé – Sully Prudhomme

Le vase où meurt cette verveine
D’un coup d’éventail fut fêlé ;
Le coup dut effleurer à peine :
Aucun bruit ne l’a révélé.

Mais la légère meurtrissure,
Mordant le cristal chaque jour,
D’une marche invisible et sûre
En a fait lentement le tour.

Son eau fraîche a fui goutte à goutte,
Le suc des fleurs s’est épuisé ;
Personne encore ne s’en doute ;
N’y touchez pas, il est brisé.

Souvent aussi la main qu’on aime,
Effleurant le cœur, le meurtrit ;
Puis le cœur se fend de lui-même,
La fleur de son amour périt ;

Toujours intact aux yeux du monde,
Il sent croître et pleurer tout bas
Sa blessure fine et profonde ;
Il est brisé, n’y touchez pas.

 Sully Prudhomme, Stances et poèmes

 

ATELIER EN DEUX TEMPS D’ÉCRITURE

 

1) L'histoire de la boîte

Une petite boite. D’où vient-elle ? Décrivez-la, racontez son histoire en prose ou en vers et, éventuellement, comme pour Le Vase brisé, transformez-la en métaphore d’un sentiment ou d’une idée.

 

2) Le message de la boîte

Poursuivez l’histoire selon deux possibilités, au choix :

     – Soit vous décidez d’offrir cette boite à un être de votre choix, humain, animal ou végétal, réel ou imaginaire. Quel message y enfermeriez-vous ?

     – Soit vous trouvez dans cette boite une lettre ou un message écrit à l’encre sympathique. Faites-en la transcription.

LA BOITE RONDE

LES TEXTES

Un deuxième sujet improvisé sur des photos, dont voici un des textes

Voir les commentaires

Rédigé par Atelier Ecriture

Publié dans #Les objets

Repost0

Publié le 28 Avril 2022

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une boite, tu vois un jour

Je serais dedans savoure

Tu pourras m’emmener dans ton sac

Au milieu de ton bric-à-brac

Entre tes clés et la photo de ta mère

Je ne serais que poussière

Tu vois, je ne pèse pas très lourd

A tes reproches, je resterais sourd

Promis je serais muet

Dans ma boite en noir laquée

Et si vraiment un jour je te dérange

Pas grave je deviendrais un ange

Il te suffira d’ouvrir la boite

D’une main adroite

Pour qu’un courant d’air Léger

M’emporte au vent mauvais

Alors je disparaîtrais de ta vie

Sans oublier de te dire merci

Il te restera cette boite aux fleurs

Souvenir de notre bonheur

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard

Publié dans #Les objets

Repost0

Publié le 28 Avril 2022

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette boite quelle idée

Un hangar, un atelier ?

Une chambre, un studio

Débarras, méli-mélo.

 

Cette boite, reliquaire

Pour bijoux tant qu'à faire,

Réservoir de crottes à rats

Débarras, mélo-méla.

 

Ces deux boites font la paire,

L'une et l'autre similaire,

Couvercle bombé comme des joues

Méli, mélo, méla, fourre-tout.

 

Ces deux boites qu'en faire ?

Bibelots sur un buffet

Deux pièges à poussière

Souvenir de nos aînés.

 

Ces boites sorties du grenier

Pleines de toiles d’araignées

Tapie tout au fond naïve

Une quenotte, une incisive.

 

Louis

 

Voir les commentaires

Rédigé par Louis

Publié dans #Les objets

Repost0