Publié le 22 Février 2021

 

Fond de l’air frisquet sous un petit soleil printanier. Guilleret je pousse la porte de la boutique de prévoyance obsèques où j’ai rendez-vous avec monsieur Mandéon pour faire un devis estimatif de mon testament obsèques.

Un devis tout au plus car jusqu’à aujourd’hui rien ne prouve que je sois mortel alors à quoi bon dépenser les derniers petits sous qu’il me reste. Même si les statistiques ne jouent pas en ma faveur factuellement ce n’est que ouï-dire ! Mais bon, l’information peut s’avérer utile un jour peut-être

Masqué jusqu’au yeux lunettés, monsieur Mandéon est assis dans un grand fauteuil, derrière un immense écran d’ordinateur posé sur un grand bureau le tout cerné par une protection de plexiglas à l’épreuve des postillons sûrement et probablement des balles de calibre onze millimètres. Après tout nous sommes dans le Vieux Nice, je peux comprendre. Je m’adresse donc au haut du crâne dégarni qui dépasse de l’ensemble. J’espère juste que le jour venu saint Pierre sera plus avenant d’autant que j’ai un frère qui se prénomme Pierre mais j’ignore si cela pourra jouer en ma faveur.

  • Bonjour, je suis Hervé Farcy, j’ai rendez-vous avec monsieur Mandéon.

  • Je suis monsieur Mandéon, effectivement nous nous sommes parlé par téléphone, que puis-je pour vous ?

Ça commence bien ! Que croit-t-il que je sois venu faire dans sa boutique ? Vous faites des pans bagnat, vous savez chanter ? Ai-je envie de lui demander.

  • Monsieur, nous sommes convenus que vous établiriez un devis de prévoyance obsèques, c’est donc moi aujourd’hui qui vous écoute car demain pas sûr que je vous entende… à moins que… à moins que ma demande ne soit restée lettre morte.

  • Non, non, oui, oui, heu, heu… Quel est votre nom ?

J’espère que lui, a signé un contrat de prévoyance obsèques en bonne due forme, il me monte les abeilles, je vais le tuer ce bonhomme !

Mais patiemment je décline mon identité et tout le toutim, date de naissance, date de décès, là je sens qu’il est dépassé. Laissez un blanc lui dis-je. Mais il ne peut pas, le programme va refuser de valider et ça, c’est l’horreur absolue. Alors il tape une date en loucedé. Joueur j’aurais dit « chiche », on parie mille boules ?

Il pianote encore un long moment, il a l’éternité pour lui le mec. J’observe la pièce, échantillons de marbre gris triste collés sur un mur, photos de jolis bouquets de fleurs en plastique collées sur un autre, quand j’aperçois une brochure « Nos promotions du mois ! » je voudrais bien en profiter mais il n’y a pas le feu… Vous l’avez saisie celle-là ?

Ça dure une éternité, oui, je commence à trouver le temps long, peut-être est-ce volontaire, préparer le client à l’Eternelle, quand soudain…

  • Enterrement ou crémation ?

  • Crémation à mille sept cent quatre-vingt-dix-neuf euros comme je l’ai lu sur le site internet.

  • Surtout pas, je vous le déconseille. A ce prix-là vous n’avez aucune prestation.

  • Enlevez c’est pesé ! Et quelles sont ces prestations ? Même s’il est quasiment certain que je ne pourrai les apprécier.

  • Le cercueil ?

  • Une place, assise, côté fenêtre de préférence fumeur sinon allongé suffira.

Je tente une pointe d’humour, un peu lourd d’accord, même pour un futur grand brulé. Mais, silence, de mort oblige, dans ce métier on ne sourit pas, jamais. Interdit contractuellement je suppose. Il devient bougon le monsieur Mandéon.

  • Le bois ! Quelle essence préférez-vous ?

  • Quelque chose de sec, qui brûle bien avec une belle fumée qui monte droite dans le ciel. J’ai hâte d’arriver si je peux être utile, allez savoir ?

  • Hum, je vois, je vous propose un Milos T2.

Et le voilà parti à me décrire le cercueil, capiton en tissu blanc, ruban de satin avec oreiller assorti… comme un vendeur de bagnole décrirait son dernier modèle. Je m’attends à ce qu’il me propose de l’essayer, mais non.

  • Votre toilette, avec ou sans thanatopracteur ?

  • La différence ? La nécessité ?

  • Nous sommes contraints par la disponibilité du four crématoire, aujourd’hui par exemple, covid oblige, il faut attendre plus de dix jours, alors si vous voulez conserver une apparence gracieuse et détendue l’intervention du thanatopracteur est souhaitable pour laisser à la famille une image reposée.

Et il enchaîne, à coup de cent €uros par-ci, deux cents par-là, j’en passe et des meilleurs. Vivant jouant le rôle du mort, son argumentation ne m’intéresse plus vraiment.

A la date à laquelle il remplira les cases vides face à sa machine moi je n’en aurai vraiment plus rien à faire. La Mort est uniquement une affaire de vivants !

  • Avec ou sans l’option « Sérénité Totale » ?

Pareil, idem, kif kif, Mandéon roi des... n’a toujours pas compris qu’à cet instant-là, je serai mortellement serein. Il me vient les pignes, brutalement je lui demande de quoi parlons-nous ?

  • Trois milles sept cent soixante-sept euros et dix-sept centimes !

  • Ah ! Quand même ! Plus cher qu’un grand scooter électrique, livraison gratuite.

Je me lève, le salue, m’en vais, non je n’ai pas la mort dans l’âme, dans ma poche je tripote les dix-sept centimes.

 

(….)

 

Voir les commentaires

Rédigé par Hervé

Publié dans #Divers

Repost0

Publié le 22 Février 2021

OULIPO : atelier 2

LA LETTRE D'AMOUR

 

C’est la Saint-Valentin ! On va se parler d’amour…

et écrire une lettre d’amour avec la contrainte du logo-rallye, c'est-à-dire en y intégrant les mots suivants tout en respectant l’ordre dans lequel ils sont présentés :

Plaisanterie-Panache-Tracas-Mitaine-Gardien-Liquide-Excentricité-Brutalement

 

Définition du logo-rallye :

Le logo-rallye est un exercice qui consiste à inclure dans un texte un certain nombre de mots imposés au départ, même quand ces mots semblent ne pas avoir grand rapport entre eux. On complique la chose en demandant que les mots soient insérés dans l’ordre dans lequel ils ont été donnés.

 

LES TEXTES

 

Voir les commentaires

Rédigé par Atelier Ecriture

Publié dans #Oulipo

Repost0

Publié le 22 Février 2021

 

Si c'est une plaisanterie, elle n'est pas drôle. Tu aurais dû la faire avec grandiloquence et Panache. Si tu savais le tracas que tu m'occasionnes avec ça ! Un exemple, ce matin je voulais sortir tôt, J'aime bien être dehors chaudement habillé quand il fait froid, et bien je n'ai pas retrouvé mes mitaines, j'ai du mettre des vieux gants que j'avais, étant plus jeune, quand j'allais aux sports d'hiver. En sortant j'ai vu le gardien d'immeuble traiter les plantes en les arrosant d'un mélange de liquide fortifiant pour les aider à bien démarrer au printemps. Ce gardien qui est aussi jardinier est un peu spécial. En toute occasion il veut montrer son excentricité. Un petit exemple parmi d'autres : Pour arroser des plates bandes au ras du sol, il monte en haut d'une ancienne échelle double, en bois, de peintre. Pas plus tard que hier, il m'a fait une démonstration. L'échelle mal positionnée, il s'est brutalement retrouvé à terre. Ce gardien grand, dégingandé, crade, ignare, con, il faut bien le dire, je l'aime bien. J'ai toujours eu un faible pour les cons, ça me rassure !

 

Louis

_________________________________________

 

La plaisanterie la plus courte est la meilleure, nous allons le montrer tout à l'heure.

Le bon roi Henri 4 avec son panache blanc alla à la messe un matin, et le lendemain, plus de tracas, Paris mangeait dans sa main. Il avait retrouvé l'amour des chrétiens. Mitaine, son chat favori, gardien de ses nuits, profiterait encore de se régaler en rognant les os de la poule au pot. Mais dans l'ombre un certain Ravaillac, protestant, protestait ouvertement de la tournure des événements. A tout moment et a toute heure il se disait : Il faut que je liquide cet usurpateur. C'est par amour des amis de sa religion, qu'avec passion, et excentricité, il mit au point la façon d'occire ce roi félon. Un jour de printemps ou Henri 4 se promenait dans son fiacre, dans les rues de Paris en chantonnant une rengaine qu'il appréciait : J'aime Paris au mois de mai, que Ravaillac s'introduisit dans la calèche et planta brutalement un poignard dans le cœur du Roi. L'épouse de Ravaillac qui l'aimait avec passion assista à son exécution, et devant son mari raccourci, elle tomba en pâmoison.

Succinct ce raccourci.

 

Louis

 

Voir les commentaires

Rédigé par Louis

Publié dans #Oulipo

Repost0

Publié le 20 Février 2021

 

À toi le dandy nonchalant

Amateur d'anagramme plaisante

Où l'on joue à déchiffrer le sens : "Le marquis de Sade

Démasqua le désir"

Se peut-il que l'on rie

En évoquant divin Marquis ?

Jouer des mots montre bien du panache

Pour celui enclin à faire le bravache..

Toi qui balaies tout tracas,

Et qui devant l'émoi

Mimes le croquemitaine !

Te proclamant gardien​ ​ de joie sereine,

Préférant liquide​ ​ ambré

À vulgaire adversité..

Porte-flambeau joyeux des Ex

Soudés dans l'excès d'auto-centricité​ ​..

Je te dédie cette anagramme

À vocation Cosmique:

Superbe spectacle de l'Amour :

La courbure de l'espace-temps ! Fils espiègle de Dame Vénus,

Cupidon désinvolte à l’œil alerte,

Ailes pliées sous le poids du passé,

Le bandeau de guingois tu décoches tes flèches

Sans besoin de carquois,

Et refuses tout destin

Qui simule un épineux chemin..

À rebours d'une brutale destinée,

Tu souris sans fin et proclames :

Celui qui ne m'aime pas..

Celui-là ment..!

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Nadine

Publié dans #Oulipo

Repost0

Publié le 16 Février 2021

 

Paulette chérie,

 

Je t’élimine !

Tu peux sourire, ce n’est plus une plaisanterie, tu dois disparaitre !

Oui, pour toujours, une fois mis le gros point final, une fois cette page raturée arrachée de son bloc, ton image dans ma mémoire s’estompera lentement. Quelques neurones à réorganiser et pfuit plus rien. Titanic sans orchestre, sans panache, tu sombreras dans les milles tracas de mon quotidien.

Souvenirs, maudits rats qui la nuit me dévorent encore, notre première rencontre au coin de la rue de Rivoli engoncée dans ton petit manteau noir, mitaine assortie à ton écharpe de laine. Tu en as perdu une m’as-tu dit dans un éclat de rire, nous avons couru à la Samaritaine acheter une nouvelle paire.

Ce ticket de caisse comme viatique nous avons traversé le jardin des délices, mal, trop vite. Au Paradis je n’ai pas su être le conquérant de ton âme, ni le gardien de ton corps au Purgatoire. En enfer un séducteur t’a prise par la main pour te conduire vers d’autres Amériques.

De cet instant un liquide glacé coule dans mes veines, suspend les battements de mon cœur, fige ma douleur… Hélas par moment seulement.

Flash ! Une excentricité dira mon avocat, brutalement répliqueront les jurés, ce matin j’ai massacré ton Marco.

 
Paulo
 
 

Voir les commentaires

Rédigé par Hervé

Publié dans #Oulipo

Repost0

Publié le 16 Février 2021

 

Ce matin de Saint Valentin, une plaisanterie est tombée du lit.

 

Sur mon paillasson, un parfait inconnu a déposé un panache de mots

mélangé à une poignée de tracas, l'ensemble ficelé avec du bolduc rose.

 

J ai tout de suite pensé à un mythomane

à cause des empreintes de mitaines et d'une envolée de mites.

 

A moins que....

le gardien ?

 

Depuis que je lui ai donné une poignée de liquide pour ses étrennes

et entre nous, une excentricité à ne pas renouveler,

brutalement je réalise.

 

 J'ai délogé ses sentiments, le concierge s'avance.

 

 

Dany-L

Voir les commentaires

Rédigé par Dany-L

Publié dans #Oulipo

Repost0

Publié le 15 Février 2021

Mon Chéri,

 

Je t'écris cette carte d'amour de la Saint-Valentin pour te dire combien je t'aime.

Permets-moi de copier un vers de Baudelaire pour t'en convaincre si besoin était ce que je me refuse à penser : "Côte à côte nageant, nous fuirons sans repos ni trêves vers le paradis de mes rêves" !

Ce n'est pas une plaisanterie quand je te dis que je t'aime comme une folle pour l'éternité. A Baudelaire et à toi je vous trouve beaucoup de panache.
Je ne crois pas t'avoir dit que j'ai beaucoup de tracas : le gardien du domaine nous somme sous huit jours de désherber notre terrasse. Tout en enfilant mes mitaines je lui ai demandé très poliment un liquide pesticide sans pesticide. Qu'est-ce que c'est que cette excentricité ! Vous croyez tout ce qu'on vous dit ou tout ce que vous lisez . Il ajouta que j'étais bien naïve et il a refermé brutalement sa porte.
Reviens vite, » un seul être vous manque et tout est dépeuplé » écrivait Lamartine

Je t'aime .

Joséphine

Voir les commentaires

Rédigé par Françoise M.

Publié dans #Oulipo

Repost0

Publié le 15 Février 2021

 
Va t’elle prendre ça sur le ton de la plaisanterie où va-t-elle comprendre que je tiens à elle ?

Une lettre pour la saint Valentin ? Pour lui dire tout ce que je ne peux pas lui annoncer lorsqu’elle est là. Mon cœur qui s’emballe, mes mots qui s’embrouillent. Non ! Je froisse mon courrier et je sors.

Le chef d’orchestre m’écoute. Il trouve que ça ne manquera pas de panache.

J’ai retenu une table dans ce restaurant et j’ai décidé de jouer le grand jeu.

Quel tracas, j’ai l’air fin avec mon bouquet de violettes !

Elle arrive avec ses mitaines qui ne la quittent jamais. Je suis le seul à trouver cela amusant. Les copains disent que ça me regarde mais qu’est-ce qu’ils comprennent à ce que je ressens ? Tout ce qu’elle fait, sa démarche, sa façon de s’exprimer, de s’habiller, j’en suis baba, cuit quoi !

Le gardien à l’entrée lui indique la table. Un liquide me coule le long du dos. Est-ce qu’elle va trouver mon initiative excentrique ?

Elle commence par me dire qu’elle ne connaissait pas cet endroit et qu’elle aurait préféré un lieu plus calme.

Le chef d’orchestre m’interroge des yeux, l’air de dire : j’y vais ? Je lui indique non du doigt et comme elle aperçoit mon geste, que je croyais discret, je me gratte l’oreille. Elle continue de parler. Je bois ses mots sans en écouter le sens. Le chef lève les sourcils et attends mon signe. Je me gratte de nouveau l’oreille.

-Mais qu’est ce que tu as à te gratter l’oreille comme ça ?

Je cligne des yeux. Le chef a compris. Les violons se lancent et l’orchestre s’avance vers nous.

Elle se retourne surprise. Lorsqu’elle croise de nouveau mon regard, je lui annonce brutalement : sais-tu que je t’aime depuis toujours ?

Elle ouvre de grands yeux, j’ai l’impression que c’est elle qui bredouille,

-Mais oui, bien sûr !

Elle se penche au dessus de la table, nous nous embrassons, plus rien ne compte.

-Le jour de la Saint-Valentin, tu ne pouvais pas mieux choisir,

Le serveur arrive avec un petit vase pour y poser les violettes, je peux passer commande ?

 

 

 

Gérald IOTTI

Voir les commentaires

Rédigé par Gérald

Publié dans #Oulipo

Repost0

Publié le 15 Février 2021

Oui mon cher Rodolphe, notre rapport s’étiole, mais oui, mais oui, ce n’est pas une plaisanterie, et pourtant mon doux ami que votre panache m’a faite chavirer, je vibrais dans vos bras et au moindre tracas vous saviez me calmer, me dorloter, m’aimer. Vous souvenez vous de ce jour où j’ai perdu une mitaine, comme par magie vous m’aviez offert une paire de gants de cuir cramoisi.

Ah, Rodolphe, mon cher amour vous étiez le gardien de mon sourire, de ma joie de vivre !! Et ce jour où vous me trouviez morose vous vous empressiez de m’offrir une coupe de champagne, le liquide couleur paille fit pétiller notre soirée… Que d’extravagance, que d’excentricité dans notre rapport, comme ce vin divin notre histoire était un conte de fée… Alors mon cher Rodolphe je vous en conjure, je vous en prie au nom de notre amour reprenez vous !!! un petit virus ne peut tout d’un coup anéantir une vie si douce à vos cotés, comme ça, brutalement !! Je vous laisse sur la commode une boite de Doliprane, matin, midi et soir, un comprimé comme un baiser.

Je vous aime mon conquérant, je reviendrai vous voir dès que votre quarantaine sera terminée. Prenez soin de vous et pensez à moi.

Votre Valentine

Voir les commentaires

Rédigé par Françoie S.

Publié dans #Oulipo

Repost0

Publié le 14 Février 2021

Nice le 14 février 2021

 

Ma Juliette

 

Je te kiffe grave. Ne me crois pas quand je dis que tu me gaves. C’est juste joke, plaisanterie, quoi ! Ou de la pudeur peut-être… Je sais pas dire ‘‘Je t’aime’’, j’ai pas le panache, mais j’ai le cœur à cent à l’heure quand je pense à toi.

Je sais, parfois, je suis pas tout là. J’ai des soucis, le foot, la pandémie, tout ça… Et malgré tout ça, mon plus grand tracas, c’est toi.

J’ai froid quand t’es pas là.

Je me réchauffe à t’écrire cette lettre. Une lettre pour de vrai, sans smartphone, ni Facebook, ni Instagram. Une lettre avec un stylo au bout de mes doigts glacés, au bout de mes vieilles mitaines.

Fait froid chez moi quand t’es pas là.

Alors reviens vite, j’ai le gros manque de toi.

Paraît que ça se voit que je me languis de toi. Même le gardien de l’équipe l’a remarqué : « T’as une sale gueule ! », qu’il m’a dit. Pourtant, c’est pas une lumière, tu sais ! Il a la cervelle aussi liquide que l’eau du Var ! Rien ne s’arrête dans sa tête.

Dans la mienne, c’est toi qui t’es arrêtée, installée et moi, je veux te garder. Je suis prêt à tout pour toi, même à renoncer au foot, si tu veux. Tu le crois ça !

Y a que toi pour me faire dire des trucs comme ça !

J’aimerais tant de donner la belle vie, avec des fleurs, de la fantaisie, et tout ce que tu aimes. T’es comme un fée, un feu follet et ça me plaît toute cette excentricité. T’as toujours plein d’idées, des projets… j’aimerais tant y participer…

Tu vois, j’y croyais pas, mais ça m’a attrapé, l’Amour.

Comme ça, brutalement, dès que tu as débarqué dans ma vie. Un tir au but sans rebond ni bavure !

En plein cœur.

 

Je t’aime et c’est pour de vrai.

 

Roméo

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Mado

Publié dans #Oulipo

Repost0