printemps des poetes

Publié le 25 Mars 2021

 

Une jolie fille refuse de danser,

Elle me regarde : invitation ? Mais oui.

Je lui souris, elle aussi, je vais tenter,

Elle me rejoint sur la piste, ébloui..

Ha oui, je le suis.

 

Aussitôt je l'enlace, elle me répond.

Son corps au mien se plaque, suffocation.

Baiser volé, se serre davantage,

Je crois bien ce soir être son otage.

Enfantillage !

 

Non, coup de cœur, coup de corps, emballage.

Dans l'ombre d'un fourré, mes mains vont chercher

Ses formes rebondies sous son corsage.

Seins dénudés, j'embrasse avec volupté.

Offerts, désirés.

 

Avides, nous enlevons nos nippes,

Je la caresse partout, le bas, le haut.

Amoureuse, à moi elle s'agrippe

Lorsque mon épée entre dans son fourreau.

Oui, oui ouiiiiiiii, c'est chaud.

___________________________________

 

Trouvé dans un recueil de poèmes érotiques.

Louis

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Louis

Publié dans #Printemps des Poètes

Repost0

Publié le 22 Mars 2021

 

Des ires impromptues, sur le fil du rasoir

Et des ordres abrogés, résorbés dans l'opprobre,

Sordide et salace pulsion exacerbée :

Iriser l'or du temps..

Risée du désordre !

 

Rêve hirsute autant que dérisoire

Qui fouraille vorace le fond de tes entrailles,

Cette envie d'oublier pour mieux revivre enfin

L' émoi des jeunes années.

 

La pupille dilatée au son d'une voix aimée,

Le cœur qui chavire en grimpant l'escalier,

Et la peau qui frémit au prémice du non dit,

Un élan qui ravit.

 

Un désir effrayé, aux franges de la légalité

L'oiseau qui bat des ailes avant de se poser

La vie qui s'accélère.. tomber, se relever,

Chemin d'éternité...

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Nadine

Publié dans #Printemps des Poètes

Repost0

Publié le 21 Mars 2021

 

Je te désire, je te veux tendrement

Toi derrière cette vitre du commerçant

Petite boule vanille parfumée

Je t’aime tant

 

Je te désire, plus que tout décidément

Tu m’ensorcelles de ton parfum vraiment

Petite douceur qui me tEnte doucement

Je t’aime tant

 

Je te désire dans ton costume blanc

Qui souligne les formes de ton corps

Que je dessine sur ma feuille en blanc

Je t’aime tant

 

Je te désire et pourtant je ne peux

Franchir le premier pas entre toi et moi

Cette distance qui sépare nos cœurs

Je t’aime tant

 

Je te désire et pourtant je ne puis

Te dévorer doucement dans ma bouche

Gâteaux, pâtisseries me sont interdits

Je t’aime tant

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard

Publié dans #Printemps des Poètes

Repost0

Publié le 18 Mars 2021

 

Le Désir s’est enfui loin de la Routine

Et son vol scintillant m’a oubliée là,

Dans ce quotidien aux restrictions tenaces.

Le Vide ou la Vie.. ?

 

Mobiliser l’instant pour le rattraper,

Retrouver l’envie qui rend l’âme fébrile,

Les projets fougueux et leurs aspirations,

Espoir de Désir.

 

Un sentier, un ruisseau, des oiseaux bavards…

Aller siffler là-haut sur quelque colline,

Le regard abreuvé par l’immensité.

Respire, le Désir !

 

Comme un appel divin, liberté chérie.

Partir sur le chemin, poursuivre la quête,

Par-dessus les trous d’air voler avec lui,

Le Désir, ce cri.

 

Atteindre l’ultime, se reposer fourbue,

Poser un émoi pur sur sa Terre intime,

Essence sublimée vers l’Indicible,

Désir d’Idéal.

 

~~~~~~~~~~

Voir les commentaires

Rédigé par Mado

Publié dans #Printemps des Poètes

Repost0

Publié le 18 Mars 2021

 

Désir de ce sein pour en téter le lait,

Ce sein que déjà ma mère me promet,

L'accroche goulue de mes mains potelées,

Très avide.

 

Mature, ces seins m'ont toujours attiré,

Dans ma pomme, désirés, abandonnés,

Ces tétons durcis de plaisir à venir,

Lointain souvenir

 

Certains poètes par ruse s'amusent,

Abusent sans excuses de leur muse,

Pirouettant sur un air de cornemuse,

Tricheurs, j'accuse.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Louis

Publié dans #Printemps des Poètes

Repost0

Publié le 17 Mars 2021

 

Au printemps le désir fait fleurir les humeurs

Et parfume nos cœurs d’innombrables ardeurs.

De doux et tendres baisers je couvrirai ton corps

Et déclarerai mon amour au premier rayon d’or.

 

Puis naîtra l’été et l’irrésistible désir d’évasion

Vers des contrées lointaines unis par la passion.

Je te murmurerai des mots qui brûleront ton âme

Afin que jamais, entre nous, ne s’éteigne la flamme.

 

L’incomparable automne se parera de mille couleurs

Main dans la main nous peindrons la toile du bonheur.

Ensemble nous marcherons sur un tapis de feuilles

Sous le regard curieux et amusé de petits écureuils.

 

L’hiver nous glacera de ses dures et longues froideurs

Mais nous nous réchaufferons sous la délicate lueur

De ce désir ardent qui résiste depuis le premier jour

Et qui au fil des saisons garde l’éclat de l’Amour.

 

JM

 

Voir les commentaires

Rédigé par Josiane

Publié dans #Printemps des Poètes

Repost0

Publié le 16 Mars 2021

 

                                            Quelques notes du violon de Vivaldi

                                            Blanches, noires que les oiseaux attrapent au vol

                                            Désir de vivre, de profiter de la vie

                                                 Le printemps est là.

 

                                            Désir brûlant d’une rencontre imprévue

                                            Les hormones se réveillent, les sens s’arrachent

                                            Bonjour amour d’un jour, soleil ardent

                                                 L’extase, bonjour.

 

                                            Désir, un monde meilleur, un rêve d’empathie

                                            Sous la caresse, le regard du dieu Pan

                                            Amitié soupire, arc en ciel de baisers

                                                 L’avenir joyeux.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Dominique

Publié dans #Printemps des Poètes

Repost0

Publié le 16 Mars 2021

 

Désir parfumé de nos années passées 

Désir de disséquer le moment présent 

Désir de réaliser nos rêves surannés

Désir de discerner le futur désarmé

 

Désir de respirer les fleurs odorantes 

Désir de mettre en bouquet les plus colorées 

Désir de retrouver le printemps qui pointait

Désir de vivre nos espoirs dénués.

 

Michèle 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michèle

Publié dans #Printemps des Poètes

Repost0

Publié le 16 Mars 2021

 

Je suis là mais je voudrais être ailleurs
ce désir je l'ai éprouvé ce matin
quand dans la moiteur de mes draps de soie bleus
j'ai ouvert les yeux

un violent désir d'amour m'a submergé
mais étendant mes bras en croix j'ai su oui
j'ai su que ma diablesse m'avait plaqué
j'ai fermé les yeux

soudain un désir de gloire m'a propulsé
et quelques instants plus tard j'étais casqué
ganté, je sautais sur ma moto Honda
sûr d'elle, sûr de moi

Un désir d'absolu m'habitait. Crâneur
j'avalais les kilomètres ; une fille
me fit signe,un cahier entre ses mains,
une poétesse ?

Ses bras enserraient ma taille, je frissonnai
nous pique-niquâmes
nous fîmes l'amour, un enfant peut-être !
Qui vivra verra !

Elle me parla du printemps des poètes
de Victor Hugo, récita « dès l'aube »
Allongés sur l'herbe verte, de beaux vers
quelle harmonie !


 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Françoise M.

Publié dans #Printemps des Poètes

Repost0

Publié le 16 Mars 2021

 

Un texte à trou, issu d'un autre atelier. Il fallait compléter les mots écrits en gras.

 

Mince alors, Comme J'Aime

 

Mon désir est de mettre à l'envers tout l'endroit du bon goût,

derrière les devants au dos des arrières cachés par des profils bas,

en haut des escaliers de la tentation.

Mon désir est de reconnaître mes faiblesses en douceurs

un volte-face sur mon moi pour mieux appréhender la force de la volonté.

 

Après une zone neutre de réflexions et malgré,

face à mon pauvre vouloir qui beurre le fond du moule

mon désir c'est la réalité cuisante d'un gâteau bien monté,

la crème des plaisirs avec des couches à feuilleté.

Mon désir est gourmand.

 

A cause de mon désir qui est et qui s'impose, je m'apprête à fléchir,

Mon vouloir et ton pouvoir en miroir.

je n'en veux plus de cette bataille de possessifs.
Là, toi mille feuilles débordants de vanille je t'imagine,

en vain s'envolent les semblants, les promesses sous tension.


Des fils tendus partout mais là, on s'évade trop de notre sujet,

pour se délivrer du mal, en s'éloignant du simple objectif.

En y veillant tard dans la nuit, le cauchemar fatigue,

la tentation leitmotive des étages biscuit garni.

Ne reste qu'un mince voile d'hésitation.

 

Sous la pluie, je te le dis,

il serait même agréable de déguster l'affaire

et encore sous la pluie,

on pourrait ajouter, pourquoi pas, le rhum et son baba.

 

Entends, ton moi, cette petite voix

qui revient sur ton désir et te reproche les plaisirs.

Tu avais promis de pouvoir jouer de tes vouloirs.

Mince alors...

 

Je vois les lueurs cachées de la gourmandise se faufiler dans la mignardise

et tel un écho, on entend le tac tac tac de son rayon d'action.

Je ne peux lutter.

Je désire inexorablement mettre à l'endroit l'envers du gâteau

pour mieux le serrer dans ma bouche

et étouffer les couches et les sous couches

si pâtisserie, tellement pâtisserie.

 

Dany-L

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Dany-L

Publié dans #Printemps des Poètes

Repost0