LA PROM’…

Publié le 14 Juillet 2017

Comment oublier la mer, la Prom… vues par les yeux éblouis d’une petite fille.

Elle ouvrit la fenêtre étonnée de se rappeler encore, après tant d’années, le jour où tout s’imprima dans sa mémoire. Elle s’était penchée si souvent à la fenêtre de sa chambre. Surprise, toujours, par le soleil qui entrait à flots.

Pouvait-elle imaginer à l’avance toutes ces années qui la séparait d’aujourd’hui, sinon par ce souvenir précis !

Elle devait avoir cinq ans, six ans peut-être. Le printemps de sa vie épousait l’été de la ville.

En ouvrant la fenêtre ce jour-là elle vit sous la lumière, la mer alanguie sillonnée par tous ces bleus différents. Un sourd murmure montait du port. Dans la passe, un cargo pour la Corse se glissait avec mollesse.

Sur les quais la grue restaurée, sous le vol intéressé de grands oiseaux, semblait bâiller de toutes ses mâchoires métalliques.

De l’autre côté, dans l’air suspendu, s’étalait la baie majestueuse, courbe parfaite où s’écrasaient les vaguelettes nonchalantes.

Les hibiscus et le jasmin des maisons en contrebas s’ouvraient et leurs parfums avaient déjà envahi la pièce.

-« Oh mon Dieu ! » dit-elle simplement en fermant les yeux. Ses deux mains posées sur la rambarde de fer.

Elle ressentit une émotion qui allait marquer sa mémoire. Elle eut conscience de s’envoler au pays des rêves éveillés, au pays des instants saisis au vol. Un quatorze juillet où sa vie commençait à peine.

Ce soir, le feu d’artifice …

Rédigé par Gérald

Publié dans #Patrimoine & Méditerranée

Repost 0
Commenter cet article