ecrire sur des photos

Publié le 14 Mai 2021

 

                                                                                                 

                                                                                           Street flop

 

 

Dans cette usine désaffectée au ventre creux,

des quiproquos couchent la Société à même le parterre

comme on allonge un rictus pour le rendre plus laid.

 

Des tracés dégoulines les couleurs, sur des torses bombés

qui s'éclatent sur les voisins en cloque.

 

Oiseaux de nuit, ces voleurs d'espace n'en finissent pas

de cracher leurs cauchemars et fatigue les patiences.

 

Dans les courants d 'air des squats caféine

les yeux presbytes trop tôt et les iris ne font pas des fleurs.

 

A cause des images décadentes pleines de grasse,

vomissons toutes ces tranches de l'art, mon cochon.

 

 

                                                                           Dany - L

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Dany-L

Publié dans #Ecrire sur des photos

Repost0

Publié le 13 Mai 2021

NON NE PLEURE PAS PETITE FILLE

Non ne pleure pas petite fille

 

Je vais le rattraper ton ballon rouge

Regarde comme dans le soleil il brille

Il danse avec le vent il bouge

Il s’est envolé

Il s’est échappé

Ne pleure pas petite fille

Regarde, il s’est accroché à la brindille

On va le récupérer

Tu pourras la signer

En écriture ronde

Ta lettre d’amour pour le monde

Tu as vu ton ballon est devenu un cœur

Qui bat au rythme du bonheur

Laisse-le partir

Le monde est son avenir

Dans le ciel d’azur

Son terrain d’aventure

En compagnie des nuages

Il emporte ton message

Ton petit mot, ton image

Destiné aux enfants sages

 

Non ne pleure pas petite fille

J’aime quand tu souris

Et que tes yeux brillent

Sous le soleil de ta vie

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard

Publié dans #Ecrire sur des photos

Repost0

Publié le 13 Mai 2021

MON DIEU..

Oh mon Dieu, vous avez remarqué dans cette rue

Je suis sûr que personne ne l’a vu

Peindre sa façade en bleue

Mon dieu que c’est ennuyeux

Quelle faute de goût !

A-t-il voulu rendre jaloux

 

Picasso et sa période

Juste avant l’exode

Maxime Le Forestier

Et sa maison accrochée

Imiter Klein

Il s’est trompé de teint

Ce bleu particulier

Souvent copié jamais égalé

Copier matisse

Comme ses vagues de Nice

Ou alors Vincent van Gogh

Dans sa nuit étoilée

Comme sur un catalogue

De papier glacé

 

Pour moi c’est du snobisme

Je sens votre scepticisme

Vous pouvez me croire

Je ne fais jamais d’histoire

Oh mon dieu, vous avez remarqué

Comme je suis mal coiffée

Je suis sûr que personne n’a vu….

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard

Publié dans #Ecrire sur des photos

Repost0

Publié le 13 Mai 2021

ALLONGÉ

Allongé

Même sur un bord de quai

Un livre dans les mains

Tu vois je suis bien

Je laisse les mots envahir mon imaginaire

Je pars vers un monde de mystère

Ou la couleur l’emporte sur le gris et blanc

Comme quand j’étais enfant

Quand je partais à l’aventure

Vers le monde du futur

Où j’imaginais des histoires

Pour ne pas avoir peur de la nuit noire

Alors allongé la sur le bord du quai

Je pars je me laisse rêver

A un monde tout en couleur

Qui rime avec bonheur

 

J’écoute de la musique

Rap ou symphonie classique

Qu’importe le tempo

J’en oublie le laid pour le beau

Allongé, même sur un bord de quai

Je continue de rêver

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard

Publié dans #Ecrire sur des photos

Repost0

Publié le 10 Mai 2021

STREET-ART - CORPS SILENCIEUX

Les doigts sur la bouche..

Les mains sur la tête…

Les mots cœur enfouis dans la gorge.

Le temps qui passe, une allure de raison. La musique en silence.

Miss tic n'en a cure.

Le ciel bleu pour horizon.

Les berges du désir.

Elle écoute avec les yeux, parle avec les mains. Au bout du rêve.

Un livre au bout du bras. Et des Pages Blanches.

Banksy Romeo joue du banjo, au pied d'une Juliette un tantinet distraite.

Une histoire de vie, une mélodie.

Les graffitis de la survie.

Une pression furtive sur la carapace humaine, et les couleurs se dévoilent, éclatent et se fragmentent..

Roméo, marin indiscret en quête de secret, rêve d'une princesse asiatique en voyage sur les ailes d'un héron..

Princesse au petit pois pour batracien gonflé...

Juliette perchée là-haut sur son balcon, lui jette des fleurs sauvages, ajuste ses verres rouges à rayon X.. la vision du futur aux relents du passé.

C'est l'histoire sans fin.

La petite fille au ballon rouge plein de billevesées, les chaussures bien cirées qui voudraient s'envoler. Elle sait jouer au cerceau avec un pneu crevé.

Le cycle à recycler. Un cirque permanent, et... La caravane passe.

Les briques rouges de billevesées.

La princesse au sang noble, s'amourache d'un déclassé. Au coin d'une rue furtive.

Black Power et destinée. Un chien fou sous scellé, en carrosse exotique.

Des briques et du toc...

Cinéma permanent.. Reste à voir.. qui porte la moustache !

Le cador vole au vent, passe-muraille de pacotille, pachyderme indolent..

Lui se lève et répète les mêmes chaînes couleur bonbon, surpris d'être surpris.

Pourtant...

Au coin d'une rue furtive, les ombres s'enlacent, chapeau bas et fleur de pétales, sous l'œil malice du miauleur averti.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Nadine

Publié dans #Ecrire sur des photos

Repost0

Publié le 10 Mai 2021

 

 

Ses lunettes aux verres rouges déforment la réalité. L’un des verres est barré d’une croix en forme de X, condamnant l’œil à une vision confinée des choses. Un monde étriqué et immobile. Lunettes carcan, horizon étroit…

 

 

Mais un jour, à l’angle d’une rue, elle ose laisser son regard passer par-dessus ses aliénantes lunettes. Stupéfaction !

Sa bouche s’ouvre sur un cri muet, ses mains entourent son visage, le monde est vaste, la magie court sur les murs.

Qu’a-t-elle vu dans cette rue déserte ?

Peut-être cette délicate japonaise au kimono rouge volant sur le dos d’un héron pour apporter un message ? Un emaki, dans sa main, s’est déroulé et flotte au vent…

 

 

Un kimono rouge –

Le héron vole pour la dame

et son emaki

 

Ou peut-être est-ce cet homme qui arrache le mur pour libérer les couleurs emprisonnées ?

La gaîté du monde qui ne demande qu’à exploser, libérée, délivrée… Des formes abstraites à interpréter selon son bon vouloir, un méli-mélo chatoyant, virevoltant, une valse étourdissante d’émotions enfouies éclatant dans l’or du jour… ?

 

A moins que ce ne soient ces musiciens, sous le balcon de la dame en noir… ?

Musique silencieuse sur le mur bariolé, à écouter dans sa tête…

Imagine, imagine...

Les notes, grelots minuscules et nacrés, bondissent, sautillent d’une corde à l’autre, s’irisent en arc-en-ciel d’aigus, dégringolent en délicates gouttelettes. La musique, légère comme une brise d’été, s’égrène en clapotis de notes-perles dans les rues de la cité.

 

Savoir regarder, écouter, inventer…

Lever les yeux des smartphones pour se connecter au monde…

Prendre le temps de l’ennui, immobile sur le mur, pour ne rien perdre de la vie… pour ne rien perdre de soi-même...

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Mado

Publié dans #Ecrire sur des photos

Repost0

Publié le 9 Mai 2021

 

Le minet traverse la route et qu'est- ce qu'il voit un homme et une femme s'embrasser à bouche que veux-tu. Il ne peut s'empêcher de leur miauler « et les gestes barrières » quand soudain il aperçoit un homme en train de téléphoner.
Gentiment, poliment, il lui demande de lui prêter son smartphone car il faut qu'il appelle sa concubine pour lui confirmer son rendez-vous chez le vétérinaire qui doit lui renouveler son ordonnance pour la pilule.

 

 

 


A quelques pas de là, une gamine, qu semble avoir le coeur léger, fait tourner un cerceau autour de sa taille en chantant « yé yé viens danser le hula hoop ».

 

 

 


Soudain son regard est attiré par un « attelage » quelque peu insolite : un éléphant assis sur un fauteuil qu'un homme tire, chacun son chapeau sur la tête.

 

 


Sur le trottoir de droite, un petit chantier : Une femme décolle du papier. Un homme arrive et crie « tu n'as pas encore fini ». Sans s'émouvoir elle réplique en colère »non tu n'avais qu'à m'acheter un décolleur ».

 

 

Il l'attrape et lui donne, semble-t-il, le baiser de la mort ! Sublime se dit le minet les poils hérissés et la queue en goupillon.

 

 

 

 


Soudain il aperçoit une fourrière : vite il décampe ventre à terre. Non loin il aperçoit un cirque. Il se cache sous un hangar où sur les murs il y a des affiches : sur l'une d'elles il y a la photo d'un super héros. Il se promet, si Dieu lui prête vie, d'aller voir son numéro.

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Françoise M.

Publié dans #Ecrire sur des photos

Repost0

Publié le 9 Mai 2021

MON PAUVRE DELACROIX

Mon pauvre Delacroix

Aujourd’hui tu vois

Ta liberté sur les barricades

N’est plus qu’une mascarade

Ils lèvent le poing

Mais à Marianne ils ont caché le sein

On devient pudique

Dans notre république

La révolution en gilets jaunes

Interdit à nos amazones

De dévoiler comme la vérité

Un peu de leur nudité

La morale est devenue capricieuse

Fini le temps des trois glorieuses

Où pour défendre nos libertés

Par une Marianne dénudée, le peuple se laissait guider.

« Cacher ce sein que je ne saurais voir »

Tartufferie et hypocrisie ont pris le pouvoir

Un Sein ne peut se concevoir et se voir que s’il est Saint

Tu vois mon pauvre Delacroix le monde a rebroussé chemin

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard

Publié dans #Ecrire sur des photos

Repost0

Publié le 12 Mars 2021

 

Le sujet de cet atelier consiste à inventer une histoire en s’inspirant de quatre photos.

Vous trouverez ci-dessous plusieurs bandes d’images classées en quatre catégories :

- Les personnages, soit solitaires, soit multiples

- Les animaux, domestiques ou sauvages

- Les intérieurs, soit un domicile, soit un lieu public (musée, théâtre...)

- Les extérieurs, c'est-à-dire la ville, la campagne, la mer, la montagne…

Choisissez une photo dans chacune des catégories, soit quatre photos en tout. 

A partir des quatre photos que vous avez choisies, écrivez une histoire.

Cliquez sur la bande de photos pour l'agrandir

LES PERSONNAGES

QUATRE PHOTOS POUR UNE HISTOIRE
QUATRE PHOTOS POUR UNE HISTOIRE

LES ANIMAUX

QUATRE PHOTOS POUR UNE HISTOIRE
QUATRE PHOTOS POUR UNE HISTOIRE

LES INTERIEURS

QUATRE PHOTOS POUR UNE HISTOIRE
QUATRE PHOTOS POUR UNE HISTOIRE

LES EXTERIEURS

QUATRE PHOTOS POUR UNE HISTOIRE
QUATRE PHOTOS POUR UNE HISTOIRE

~~~~~~~~~~~~

LES TEXTES

~~~~~~~~~~~~

Voir les commentaires

Rédigé par Atelier Ecriture

Publié dans #Ecrire sur des photos

Repost0

Publié le 9 Mars 2021

 

Un zeste de brume alanguissait l'étendue jaunâtre où je gisais depuis bientôt

une éternité.

Les roues embourbées et la truffe aux aguets, j'attendais son retour..

Une silhouette sombre au contour nébuleux, issue d'un désert accablé de soleil. Attiré comme un aimant vers les vestiges d'un temps ancien.

Moi et ma vieille carcasse rouge aux balafres rouillées, les roues déjantées,

ensablées à jamais.

Sa foulée silencieuse faisait crisser les blés et battre ma mémoire. Revêtu d'une combinaison de mécano digne des années 50, sa paume ondulait sur ma carrosserie brûlante, comme en quête d'un désir oublié. Son reflex autour du cou ou dans sa main, il faisait le tour du pick-up comme pour la première fois, cherchant un nouvel angle de vue, une nouvelle fêlure, un point d'appui à son rêve..

J'attendais sa venue comme un messie des temps modernes, espérant sans trop y croire qu'il me redonne une vie, moi l'héritier d'un sang noble, la race des Chevrolet.

Il faisait quelques clichés d'un air gourmand, puis s'octroyait parfois une sieste réparatrice, observant les éclats métalliques du ciel trop limpide.

Dépassant mon angle mort, je vois sa silhouette s'éloigner dans la brume pour s'approcher des ruines de l'ancien cloître désaffecté.

L'art de la promenade.. proche de la performance. Où est-il ?

Lui-même ne le sait pas, ne le sait plus. Le goût de l'aventure, ouvrir l'espace-temps comme une friandise à déguster. Fuir peut-être un quotidien trop étriqué, monochrome.

Le frisson du plaisir interdit. Que s'est-il donc passé ? Trou noir ? Exil volontaire ? Cataclysme ?

Il est Chasseur du temps perdu. Noircir une pellicule de vestiges oubliés, un

désert de solitude.

Je l'imagine revêtir une robe de bure et faire les cent pas en égrenant un chapelet.. ou plutôt faisant la mise au point sur les fresques défraîchies, les chapiteaux effrités.. se délectant d'une fraîcheur immanente à l'ombre des vieux murs. L'œil aux aguets et le souffle court, en quête d'un bruit suspect, une vie qui passe, le fantôme d'un moine en prière..

Et soudain son pas qui s'arrête, surprenant la vie au sein même du jardin autour

duquel il évolue.

Une nymphe immobile de coccinelle.. surgissant du silence, ayant pris résidence

en ce lieu sacré.. sensible à la spiritualité.

La bête à bon Dieu ne pouvait trouver meilleur asile… sans doute en famille pour mieux butiner les minuscules pucerons. Il sourit, se pare aussitôt de la délicate curiosité d'un ethologue.

Le collectionneur de clichés ne boude pas son plaisir. Il se déhanche, flashe, zoome, s'agenouille, choisit le cadre et l'arrière-plan.. Une exploration vitale et sereine, les vestiges du passé.

Il affectionne les jeux de rôle.. tout autant que le plaisir de dévoiler, en labo obscur, ses lieux d'intrusion secrète. Avec tout le respect qui leur est dû. L'imaginaire en bandoulière..

Sur sa carte un autre lieu de friches le fait déjà frémir : un cimetière de Coccinelles métalliques abandonnées par leurs propriétaires, capot béant en guise d'antenne de coléoptère.

Une voiture assoupie, un insecte en mue, un lieu de méditation. La Magie.

Un jeu toujours renouvelé qui finira en planche contact pour initiés..

Quant à moi, je caresse encore l'espoir de voir revenir une équipe de cinéma en quête de célébrités. Car j'eus mon heure de gloire dans les années 80. Mon pseudo : Christine. Une âme sensible et cabossée, sous un cuir écarlate. Et un relooking "de composition" nécessaire..

Mais ceci est une autre histoire.. !

 

URBEX

 

________________________________

Voir les commentaires

Rédigé par Nadine

Publié dans #Ecrire sur des photos

Repost0