Publié le 14 Octobre 2022

 

Je me souviens des premières années d’école du village de mon fils où plusieurs classes se côtoient.

Je me souviens des vaches, veaux, moutons et autres animaux que les amis descendent de la montagne pour les amener dans le pré.

Je me souviens de mon départ de cette campagne que j’aimais bien pour essayer de vivre heureuse ailleurs.

Je me souviens de notre arrivée à mon fils et à moi dans ce boulevard parsemé de collines verdoyantes, lien suprême avec mon passé campagnard.

Je me souviens  de ma nouvelle maison, des commerces, des bruits de la ville.

Je me souviens de ma nouvelle amie que j’aime beaucoup, emmenant mon fils avec le sien dans le jardin d’enfants.

Je me souviens de ma grand-mère de 101 ans recueillie à la maison où elle décèdera quelques mois plus tard entourée de sa petite fille et son arrière petit-fils, attentionnés, attentifs et malheureux.

Je me souviens de la copine de mon fils avec laquelle il se mariera, de leur relation tendre et secrète.

Je me souviens de mon dernier déménagement dans ce quartier triste et calme, mais bon c’est la vie !

Je me souviens de bien d’autres choses bonnes et mauvaises, cela serait long de les énumérer mais je les ai dans mon cœur.

 

_______________________

 

LES SOUVENIRS DES ANNÉES D’ÉCOLE

 

En arrivant de Paris à l’âge de 5 ans, je me souviens d’un petit appartement avec un jardin fleuri de capucines, au Cannet.

Puis d’un déménagement à Cannes.

Une école, non un pensionnat de jeunes filles « Sainte Marie de Chavagne », géré par des religieuses.

Sœur Marie à l’entrée, à côté de laquelle j’attendais ma mère, toujours en retard pour venir me chercher.

Un uniforme, jupe plissée bleu marine, veste assortie, chemise bleue ou jaune.

La chorale avec le père Grégoire, la messe en latin et le catéchisme.

Au cours de l’année « Les Bons Points » petites récompenses !!

Une de mes maîtresses dont je ne me souviens plus du nom mais de sa méchanceté.

En fin d’année, la distribution des prix avec des livres que j’attendais avec impatience.

Il y a quelques années, j’ai lu dans un magazine que mon ancienne école Sainte Marie de Chavagne, avait acquis une réputation nationale, organisant des voyages à l’étranger.

Il n’y a plus de religieuses depuis longtemps ; une fois en allant à Cannes, je suis passée devant, j'ai pris une photo me rappelant les bons souvenirs de mon enfance !!!

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Dominique

Publié dans #Ville

Repost0

Publié le 14 Octobre 2022

 

Je me souviens de cette grande place, de sa fontaine où venaient s'abreuver les moineaux, de ses grands arbres, marronniers et platanes et de ses jeux de boules qui avaient tellement de fidèles qu'ils abritaient la première religion du quartier.

Je me souviens de mon école en bois. Pourquoi en bois ? Simplement parce qu'elle était vraiment en bois. Trois années s'entassaient dans la même classe et l'hiver, le poêle ronronnait comme il pouvait pour réchauffer nos pauvres petits doigts engourdis par le froid. Une odeur de craie, d'encre et de vieux papier imprégnait les murs, habillés d'anciennes cartes de géographie où figuraient des pays qui n'existaient plus.

Je me souviens de tous ces bistrots qui ceinturaient le quartier. Avoir soif relevait du défi le plus improbable à relever, et les jours d'arrivée du tour de France, ils affichaient tous le résultat de l'étape sur une ardoise. Les commentaires allaient fort. Les Bartali, Coppi, Bobet et autres tenaient le haut du pavé.

Je me souviens lors des concours du Dimanche, du protocole en cas de "fanny". Le cortège était constitué de celui qui tenait la serviette blanche sur laquelle allaient s'agenouiller les perdants. Derrière suivait celui qui portait bien haut, le tableau de cette belle femme joufflue, dont une partie de son anatomie allait recevoir les hommages, respectueux, pendant qu'un troisième larron faisait tinter une grosse cloche, pour que toutes les parties s'arrêtent et que tout le monde puisse profiter du spectacle de la déchéance de ces malheureux qui allaient raser les murs pendant quelques semaines.

Je me souviens de ce personnage perché sur un vélo sans chaîne et sans pneus qu'il faisait avancer en ramant sur le sol avec un soulier sans semelle. Il vendait, tous les soirs, le journal L'Espoir. Il annonçait, à grand cris, les dernières nouvelles de la journée.

Je me souviens de ce accordéoniste qui venait régulièrement s'installer sur un petit pliant pour donner aux gens du quartier un instant de divertissement en échange de quelques piécettes. Certains chantonnaient avec lui quelques tubes de l’après-guerre, Piaf, Gréco, Chevallier et tant d'autres, étaient les préférés des petites gens.

Je me souviens du boulanger qui, le Dimanche, faisait cuire dans son four tous les farcis et gigots du quartier. Il vendait, encore, des croissants et des brioches élaborés avec du vrai beurre.

Je me souviens de l'auto-école qui donnait ses leçons de conduite sur des vieilles voitures Citroën Trèfle qui démarraient à l'aide d'une manivelle. Elle s'est malgré tout modernisée avec des quatre chevaux Renault qui étaient dotées d'un démarreur.

Je me souviens du coiffeur Martin et de son fils Jojo. Avec la mère Martin ils mangeaient un kilo un quart et une " pésugagnia " de spaghetti chaque midi. Il faut dire que cela se voyait.

Je me souviens de mon conseil de révision. On fanfaronnait , mais on se posait des questions sur l'avenir qui nous attendait.

Je me souviens de cette belle et jeune " affat " qui m'a fait cette première prise de sang et qui ne trouvait pas mes veines. J'ai failli me pâmer.*

Je me souviens de mes vingt ans sur le bateau" L'adjézair " qui m'a offert une croisière jusqu'à Mers-el-Kébir.

Je me souviens, qu'à mon retour une seule pensée trottait dans ma tête. C'était qu'une page venait de se tourner .

___________________

PILE OU FACE
 

A la fin des années cinquante, l'ambiance musicale du temps était dominée par la musique "yéyé". Les chats, pirates, chaussettes et autres bestioles nous faisaient danser et trémousser au son des guitares électriques. Nous nous retrouvions dans des " boums " plus ou moins organisées dans des arrières salles de bar ou dans des caves, où l'insalubrité le disputait à l'exiguïté. Un tourne disque suffisait et quelques bouteilles de mousseux bon marché complétaient notre bonheur.

Deux de mes camarades avaient commencé à gratter laborieusement quatre accords sur une guitare et massacraient avec obstination Guitar Boogie.

Ils cherchaient pour partager leur fantasme un batteur pour taper, si possible en rythme, sur une caisse claire et une cymbale. Çà! ça me parlait. Mais problème de taille, il faut du matériel.

C'était l'époque du carnaval et la solution a été toute trouvée. Grâce à une relation nous avons trouvé un groupe de grosses têtes qui cherchait des porteurs. A la fin des corsos nous avons réuni nos gains et nous sommes allés louer un matériel chez Gatty.

N'ayant pas de véhicule, mes comparses m'ont aidé à porter la batterie jusque chez moi. Mais j'avais négligé un détail d'une importance capitale : Ma mère.

Nous avons failli, mes amis, la batterie et moi passer par la fenêtre. Elle qui ne rêvait que d'une chose, me voir étudier l'accordéon, considérait ce qu'elle appelait des tam-tams comme des instruments de sauvages et n'était pas disposée à changer d'avis.

Mes amis, ayant pris peur, m'ont lâchement abandonné et m'ont laissé seul face aux foudres maternelles. Il m'a fallu deux heures de patience pour lui faire comprendre qu'un instrument à percussion avait aussi sa place dans des orchestres de tango, valse et autres musiques " honnêtes ".

Avec ma mare c'était à prendre où à laisser. Pile ou face

Dieu merci, elle s'est calmée, ce qui m'a permis de sévir une trentaine d'années dans ce milieu musical qu'il est si difficile d'abandonner.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Fernand

Publié dans #Ville

Repost0

Publié le 12 Octobre 2022

 

JE ME SOUVIENS...

Je me souviens, je n’avais que six ans de ce glacier

Ou le patron s’appelait Gé

Je me souviens de l’épicerie chez Burchini

Qui nous faisait souvent crédit

Je me souviens de ce magasin bleu

Où l’on achetait cahier et stylo bleu

Je me souviens de ma communion solennelle

Montre et plein de cadeaux pêle-mêle

Je me souviens de mes jeux dans la colline

Avec la petite Martine

Je me souviens du jeu de pilou

Entre les arbres entre nous

Je me souviens des bagues de ma maitresse

Qui un jour sur ma joue ne m’ont pas fait caresse

Je me souviens des voyous qui jouaient du rock

Blousons noirs du quartier Saint-Roch

Je me souviens qu’avec cinq centimes

On achetait bonbons et des malabars en prime

Je me souviens on n’avait pas la télé

Nos séries, c’était dehors qu’on les jouait

Je me souviens...


 

SOUVENIR DE 1956

En ce matin du mois de mai

Tu m’es apparue sous un voile léger

Toi la ville où j’allais grandir

En te voyant j’ai poussé un soupir

Je n’avais que six ans

Le monde, mon monde

Était tout chamboulé

Dans ma tête mes idées faisaient une ronde

En découvrant mon nouveau quartier

On venait de quitter un deux pièces minuscule

On arrivait dans un appartement majuscule

Chambres, cuisine et salle de bains

Dans un immeuble entouré d’un jardin

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard

Publié dans #Ville

Repost0

Publié le 12 Octobre 2022

 

Je me souviens du trolley obligé de s’arrêter car il avait perdu une de ses perches

Je me souviens de la petite épicerie de Madame Maurin, ouverte sept jours sur sept, véritable caverne d’Ali Baba où l’on trouvait de tout

Je me souviens du passage à niveau où le garde-barrière arrêtait la circulation pour laisser passer la micheline poussive

Je me souviens de l’école Nazareth où l’uniforme (jupe plissée bleu marine et chemisier blanc) et discipline étaient de rigueur

Je me souviens du charbonnier dont le visage recouvert de suie nous faisait si peur

Je me souviens du vitrier qui criait dans la rue et nous réveillait en sursaut

Je me souviens de la voiture qu’il fallait démarrer à la manivelle :elle se montrait souvent récalcitrante et mettait les nerfs du conducteur à rude épreuve

Je me souviens du bazar en face de l’école où l’on achetait pour quelques centimes des bonbons aux noms évocateurs : coquillage, carambar, malabar, réglisse…

Je me souviens du marchand de « poutine » installé au coin de la rue et qui interpellait les passants d’une voix puissante

Mais aujourd’hui, tout cela n’existe plus que dans mes souvenirs...

 

Une Histoire de Manivelle

Comme chaque dimanche nous nous préparons pour notre promenade hebdomadaire. Mais aujourd’hui est un jour spécial car nous allons étrenner la nouvelle voiture de papa. Elle est longue, noire et brille de mille feux. Elle nous attend devant la porte et c’est avec une grande fierté que nous nous installons à l’intérieur : maman, ma sœur Michèle, ma tante, ma cousine et moi. Papa a décidé de nous emmener à Cagnes sur mer, une véritable aventure ! C’est une magnifique journée de printemps et nous sommes heureux. Alors que nous roulons depuis un moment, la voiture émet soudain un bruit bizarre, et, après quelques soubresauts, s’immobilise au milieu de la chaussée. Consternation générale ! Mais papa nous rassure aussitôt : « Ne vous en faites pas, je vais la faire repartir en un quart de tour ! ». Il sort de la voiture la manivelle à la main, ignorant qu’il va devoir livrer un véritable combat. Au premier tour, rien ne se passe. Au deuxième tour, toujours rien. Au troisième tour la voiture tressaute : nous reprenons espoir. Le visage de papa s’éclaire mais pas pour longtemps. Au quatrième tour c’est de nouveau le silence. Derrière nous une voiture arrive et klaxonne. Papa accélère la cadence et des gouttes de sueur perlent à son front. Mais la voiture capricieuse ne veut rien savoir et s’enfonce dans son mutisme. Une deuxième voiture arrive et klaxonne à son tour. Le stress de papa augmente et gagne l’habitacle. Finalement, épuisé, papa abandonne. Après nous avoir demandé de descendre, il nous ordonne de pousser la voiture, ce que nous faisons sans discuter. Quelle fin peu glorieuse pour cette promenade tant attendue et dont nous étions si fiers !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Elisabeth

Publié dans #Ville

Repost0

Publié le 12 Octobre 2022

 

Calme, lumineux, élégant

Imprégné à jamais des parfums de l’histoire

Mêlant avec grâce passé, présent, futur

Indifférent à l’agitation de la ville

Espérant conserver pour toujours

Zénitude, liberté, sérénité.

 

CIMIEZ...  il y a …

Il y a un grand boulevard ombragé où il fait bon s’arrêter un instant

Il y a les arènes, témoignage d’un passé révolu, glorieux et cruel à la fois

Il y a le monastère et sa roseraie parfumée où l’on vient rêver au printemps

Il y a un grand parc, merveilleux îlot de verdure aux oliviers centenaires

Il y a un manège enchanté qui allume des étoiles dans les yeux des enfants

Il y a ce petit café oublié où je retrouve avec bonheur les saveurs de mon enfance

Il y a enfin, sur mon balcon, deux tourterelles qui roucoulent toute l’année.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Elisabeth

Publié dans #Ville

Repost0

Publié le 11 Octobre 2022

 

1- Je me souviens de Cadorna, le marchand de glaces ambulant. On dévalait des collines en courant quand on l’entendait « cadorner ».

2- Je me souviens du camion de l’épicier ambulant à la sortie de l’école, des réglisses et des roudoudous qu’on y achetait.

3- Je me souviens de la souche énorme du gros chêne à l’arrêt de bus « Le Gros Chêne ».

4- Je me souviens du bar Bosio avec de sa grande terrasse et les leçons de mandoline du jeudi après-midi.

5- Je me souviens de la messe à 8h le dimanche matin dans la petite chapelle glacée.

6- Je me souviens du festin de Sainte-Marguerite, au fond du vallon, derrière le bar Bosio.

7- Je me souviens de la vieille école et de son toit percé qui laissait passer la pluie. On mettait un seau dans la classe quand il pleuvait.

8- Je me souviens des œillets dans la colline.

9- Je me souviens du sapin de Noël géant sous le préau de l’école.

10- Je me souviens de la petite procession de la chapelle au monument du seul mort de la guerre du quartier, le dimanche des Rameaux, avec nos rameaux bénis.

11- Je me souviens de la ferme à la traverse des Arboras. On allait y chercher le lait.

12- Je me souviens de la petite maison du Tournant Robert. Les grands de l’école se cachaient derrière pour s’embrasser.

13- Je me souviens de la vieille bigote qui chantait fort et faux à la messe.

14- Je me souviens de notre première communion en traction noire et robes blanches.

15- Je me souviens de l’épicerie sur l’avenue Sainte-Marguerite, en allant vers Saint-Isidore. La maison est toujours là, face au restaurant l'Inizio.

16- Je me souviens de « Chez Lulu », le point presse du nouveau quartier, près de la chapelle.

17- Je me souviens du raccourci qui grimpait dans la colline pour aller chez l'oncle de l'autre côté du vallon.

18- Je me souviens des pruniers en fleurs qui, au printemps, tapissaient de blanc les deux côtés du vallon.

19- Je me souviens du catéchisme à la chapelle.

20- Je me souviens du magasin d’objets d’occasion, Cash Converters, près du lycée.

 

LE GROS CHÊNE

 

Je me souviens de la souche énorme du gros chêne à l’arrêt de bus « Le Gros Chêne ».

C’était dans les années 70, on avait quinze ans. On s’y donnait rendez-vous l’été, pendant les vacances scolaires, avec les copines et copains du quartier entre 13h et 14h, l’heure de la sieste de nos pères.

Il y avait Marilou, Danielle, José, Robert, Gilbert, Claude, Gérard. Ma première bande de copains mixte. Avant, pendant l'enfance, c’était les filles avec les filles, les garçons entre garçons.

On investissait le banc de bois de l’arrêt de bus à la droite duquel se dressait la souche du gros chêne. D’un diamètre... je ne sais pas… mes bras d’adolescente n’en faisait pas le tour, d’un diamètre imposant, je la trouvais majestueuse. Elle m’émouvait. J’imaginais l’arbre magnifique qui avait vécu ici jadis et je le regrettais sans l’avoir connu.

Ce Gros Chêne amputé, c’était notre mascotte. Il veillait sur nous, c’est sûr ! La preuve : nous n’avons passé que de bons moments auprès de lui, à bavarder, à rire, à flirter, à faire des projets pour le dimanche à venir, à décider vers quel festin de village nous irions danser.

Quand 14h arrivait, il fallait vite rentrer avant que nos pères sévissent. Nous étions tous filles et fils de paysans et le travail à la campagne nous attendait. Mais on savait que le lendemain, à la même heure, on se retrouverait pour un moment précieux au pied du gros chêne, une petite heure volée aux parents, au travail.

La bande du Gros Chêne, c’était la bande des vacances d’été, seulement des vacances d’été. La rentrée me ramenait au lycée, à la cantine et je la perdais jusques aux vacances de l’été suivant.

Ces rendez-vous d’adolescents n’ont duré que le temps de l’adolescence, le temps de mes années de lycée, mais ils restent gravés dans ma mémoire, irradiant de chaleur, de lumière.

Et puis, un jour, je ne sais plus quand, la souche du gros chêne a disparu, les amis de cette époque aussi, dispersés par le temps, la vie, la mort.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Mado

Publié dans #Ville

Repost0

Publié le 10 Octobre 2022


Colline
Intemporelle
Majestueuse
Inaltérable
Etincelante
Zone privilégiée


Il y a de la verdure
Il y a des pins majestueux
Il y a des cyprès conquérants
Il y a des oliviers impassibles
Il y a des ruines, vestiges dun autre temps
Il y a de lhistoire
Il y a de lémotion
Il y a de lart
Il y a lombre de Matisse
Il y a les œuvres de Chagall
Il y a le calme
Il y a des escaliers cachés
Il y a des sentiers pour sortir de la ville
Il y a des jardins fleuris
Il y a des citronniers lumineux
Il y a des orangers parfumés
Il y a des traditions tenaces
Il y a des chansons entêtantes
Il y a des cougourdons festifs
Il y a le « Festin des reproches »
Il y a des boulistes
Il y a plein de boulistes
Il y a une ambiance bon enfant
Il y a des bâtisses sublimes
Il y a une lumière particulière
Il y a la vie en retrait
Il y a encore un peu du temps passé

Voir les commentaires

Rédigé par Bernadette

Publié dans #Ville

Repost0

Publié le 6 Octobre 2022

 

Souvenirs de jeunesse

Aux HLM st Roch

Insouciance de mes 6 ans

Nous jouions dans la colline

Terrain de nos bagarres et de nos jeux

 

Ruelle du patronage

Ou je t’ai embrassée

Cours de récréation

Havre de paix sous les marronniers

______________________

Il y a dans mon quartier

Il y a beaucoup de gens à aimer

Il y a le souvenir de mes premiers amours

Il y a le boulanger et son four

Il y a une petite église

Il y a un curé qui moralise

Il y a la grande école

Il y a mon ami Paul

Il y a mon institutrice

Il y a la gare et ses motrices

Il y a des épiceries

Il y a des boucheries

Il y a des ouvriers

Il y a quelques bourgeois aisés

Il y a un esprit de solidarité

Il n’y a pas encore la télé

Il y a juste radio quartier

Il y a la voisine

Il y a sa fille Roseline

Il y a des familles nombreuses

Il y a madame la plantureuse

Il y a la vie

Il y a les grands et les petits

Il y a toute ma jeunesse

Il y a des pleurs et des caresses

Il y a

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard

Publié dans #Ville

Repost0

Publié le 5 Octobre 2022

 

Il y a trois cabanes en bois accolées les unes aux autres avec leurs cheminées qui fument l'hiver venu .

Il y a la classe de Melle DART qui enseigne aux filles, avec dans ses yeux toute la tendresse que l'autorité de son poste se plait à cacher

Il y a la classe des garçons, avec ses trois rangées de bancs d'école. On passe d'une à l'autre chaque année comme lorsqu'on change de classe.

Il y a le maître, monsieur DOMASSON , qui a perdu une jambe lors du dernier conflit et qui marche péniblement avec l'aide d'une canne.

Il y a un bureau en bois et un grand tableau noir avec une éponge au bout d'une ficelle accrochées à un clou .

Il y a , au mur, des grandes cartes de géographie avec des pays en couleur qui n'existent plus alors que d'autres ne vont pas tarder à naître.

Il y a au fond de la classe un poêle qui selon les moments est à charbon ou à bois. Quoi qu'il en soit, bien pratique pour dégeler nos petits doigts engourdis .

Il y a le " coin " derrière l'armoire aux livres, où les punis vont se calmer avec le chapeau d'âne sur la tête.

Il y a les encriers en porcelaine qu'ils faut remplir chaque matin d'une encre violette que le maître prépare avec soin. Il désigne ensuite un " volontaire " pour la corvée de remplissage .

Il y a la troisième cabane qui sert de local de débarras où s'entassent, outre le charbon et le bois, tout un tas de chaises à trois pieds et des mobiliers cassés qui doivent datés du siècle passé.

Il y a la cour de récréation avec sa grotte de ronces bien pratique pour torturer ceux qui ont trop de bonbons, et qui ne veulent pas partager de bon gré.

Il y a les toilettes sous un préau où le maître s'endort parfois en satisfaisant un besoin. Nous prenons bien garde de ne pas le réveiller et nous rentrons dans notre classe qui nous appartient pour quelques instants.

Il y a José, un grand échalas qui court sans arrêt pour attraper " la dame blanche " Pauvre José ! L'attrapera-t-il un jour ?

Il y a moi. Ma troisième rangée terminée, ma prochaine rentrée se fera dans une école avec des murs. Il y a, paraît-il, beaucoup de classes. Pourquoi le temps passe-t-il si vite.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Fernand

Repost0

Publié le 4 Octobre 2022

 

Là j’y suis, un  nouvel espoir commence !

Avec mon fils, nous serons heureux et tranquilles

 

Ma nouvelle amie Rachida sera toujours « tata » pour les enfants

Amour et redécouverte de la vie

Du bruit, des arbres feuillus ou non, des fleurs, des commerces

Ensemble nous serons plus forts, je crois à une vie heureuse

Les collines sont un rappel de ma campagne adorée

En fermant les yeux, j’imagine un futur plein de promesses

Infiniment poétique et mesuré le temps se redécouvre amical

Nos âmes d’enfant, de jeunesse et d’adulte se retrouvent animées

Enfin, la vie heureuse, les amies anciennes et nouvelles  sont les éléments les plus précieux d’une vie….

 

_____________________________

 

IL Y A  les saisons qui font vivre les platanes du boulevard

IL Y A  un fleuriste diffusant des odeurs de printemps

IL Y A  toujours des gens pressés et des nonchalants

IL Y A  la vie de tous les jours, des enfants qui pleurent ou qui rient

IL Y A  moi que mon quartier a ramenée à la vie

IL Y A  toujours des oiseaux qui se posent sur mon balcon

IL Y A  mon livre à la mémoire de ma grand-mère qui se termine doucement

IL Y A  la vie heureuse journalière avec un travail plein d’empathie

IL Y A  la nouvelle retraitée littéraire et active …..

 

Voir les commentaires

Rédigé par Dominique

Publié dans #Ville

Repost0