Publié le 28 Janvier 2020

GRÈVE AUX STUDIOS DE LA VICTORINE

Grève aux studios de la Victorine, le délégué syndical donne tout haut les résultats de la concertation. La grève continue à cinquante sept pour cent de votants.

Au-dessous de l’estrade trois ou quatre bonhommes semblaient se désintéresser de ce qui se passait. C’étaient l’heure de la sieste sans doute. Et puis avec cette chaleur, grève ou pas grève, ils ne semblaient pas avoir l’intention de bouger.

Oh doucement ! Aujourd’hui peut-être ou alors demain. Ce maudit soleil semblait leur avoir donné la flemme.

C’est que la flemme à Nice, c’est un sport national. Dès la naissance on forme des champions.

Jusqu’au bout nous ne cèderons pas ! Non, non au travail sous le soleil !

Nos revendications :

  • Une bière au centre boissons fraîche tous les quarts d’heure.

  • Des chapeaux ou casquettes pour tous, quel que soit le personnage.

  • Des parasols et des ventilateurs pour se rafraîchir pendant la journée.

  • Une pose déjeuner d’une heure et demie avec buffet froid à volonté.

C’est alors que le metteur en scène se saisit de son porte-voix et crie de colère, annonce que pour répondre aux revendications fantaisistes des comédiens il les vire tous et fera son film avec des gens sensés.

  • Bien dit, approuve Julien (toujours lui) On garde qui ?

  • Le bébé et sa mère, Sébastien (qui a trouvé des sucettes) et qui, et qui…

  • Allez, trêve de plaisanterie, on reprend sérieusement. Allez tout le monde. On tourne là nouveau…

Il a dit Julien on verra demain alors moi je me casse, j’ai mes gosses à aller chercher et le pain à prendre. Julien il n’arrête pas de faire son cinéma, mais moi je suis dans la vraie vie.

Alors là bravo à tous, on passe du présent au passé pour heurter le futur… Sans parler du manifeste syndical avec relents hypnotique. Sébastien joue la mère du jeune têtard à sucette, çà c’est pas joli, joli !

Décidément dix-neuf cent trente-six est bien loin, chacun pour soi voilà le résultat de l’individualisme, il a suffi d’un cri du patron et tout le monde reprend son rôle. Marx doit se retourner dans sa tombe.

Voir les commentaires

Rédigé par Atelier Ecriture

Publié dans #Cinéma

Repost0

Publié le 28 Janvier 2020

LA CAMÉRA ÉTAIT À L'OMBRE

La caméra était à l’ombre du parasol, juchée sur une estrade. Le metteur en scène assis à côté donnait quelques instructions dans son porte-voix.

Ecrasé de soleil, il avait chipé le haut de forme de l’accessoiriste en attendant que l’autre tire-au-flanc assis devant l’estrade veuille bien bouger son cul pour aller lui chercher sa casquette.

Il pourrait par la même occasion ramener deux ou trois bières bien fraîches. On peut rêver ! Allez, on tourne !

Pas possible, il est midi et demie, la nourriture refroidit dans les assiettes. Pourvu qu’il y ait salade niçoise au menu.

Menue, menue, comme ma rémunération pense in-petto le metteur en scène ; à partir d’aujourd’hui je ne fais plus que des films américains avec Marylin et John.

En attendant, il faut le faire ce film. Allez, tout le monde en place, on reprend. Je sais, il fait très chaud mais c’est la dernière prise. Après, pause déjeuner pour tout le monde !

« Dernière prise » a dit le metteur en scène. Mais personne n’y croit. Tous traînent les pieds. Même la pause déjeuner ne fait avancer personne. C’est un mauvais jour.

Et la pluie s’en mêle, pluie d’été, il va y avoir de l’orage. « Vite aux abris » dit Julien le perchiste, en riant aux éclats « Excusez-moi, c’est nerveux ». On n’a pas une scène avec de la pluie…. Oui mais pas tout de suite, dommage… Regarde Martine avec son parasol en guise de parapluie. Remarque, dit Julien, c’est quand même bien dans le thème… Regarde la pluie s’est arrêtée, remarque le metteur en scène. On reprend. On tourne.

Taratata, on tournera demain, j’ai les gosses à aller chercher à l’école de musique.

Et voilà comment le quotidien plombe le rêve !... Julien le perchiste déploie puis rengaine la lance à incendie qui génère la pluie… et lance une œillade meurtrière à Julie, la jeune première aux prises avec le prédateur notoire qui les dirige… Encore une scène en vue !

Il ne manque plus qu’une scène de ménage, c’est vrai que Julie avec sa jupe ras les fesses allume tous les hommes du plateau et alors là maintenant avec le tee-shirt mouillé, comment vous dire ???

Dommage qu’elle ne soit pas gaulée comme l’était Marylin, j’aurais bien endossé le rôle de « Mister President» !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Atelier Ecriture

Publié dans #Cinéma

Repost0

Publié le 28 Janvier 2020

SILENCE, ON TOURNE !
  •  Silence on tourne ! Je me demande qui m’a fourni des comédiens pareils ? je ne dois pas oublier d’en parler à l’agence d’intérim au prix ou je la paye.
  • Je critique, je critique mais je n’ai encore rien compris ni rien entendu. Serait ce un film muet ?

  • A l’heure de la sieste, un tournage ? La Victorine, ils attendent quoi de nous ? Même les bêtes font la sieste dans la savane

  • Ils sont deux avachis, de vrais mollusques je me demande si on ne va pas faire une pause. Un peu hydratés et le ventre plein ca va peut-être les motiver un peu plus.

  • Une voix de stentor » Ecoutez les gars on n’est pas la pour roupiller mais pour tourner un film. Il fait chaud ! Mais on est a Nice sapristi alors tous à la fontaine et un quart d’heure à vous éclabousser les uns les autres et je veux vous voir revenir fringants. Attention le metteur en scène sortait de ses gonds.

  • C’est un peu n’importe quoi aujourd’hui vous n’êtes pas attentif aux autres et aux répliques. Courage il restera 3 heures après un petit encas. Julie le bébé c’est bon, Sébastien un peu de sérieux

  • C’est qu’elle insiste avec son bébé !! D’abord il est moche et puis cette jeune Julie elle a perdu sa sucette on est tous à cran.

  • Du coup on s’est perdu dans les focales d’abord sur Laurent, puis les acteurs, la jolie Julie et maintenant Sébastien, sans compter la chaleur suffocante et l’affreux gosse qui piaille. Reprenons «  on tourne »

  • Julie traverse le plateau, elle sort ses lunettes de soleil de son sac, à ce moment là Sébastien la croise, Julie fait une moue provocatrice, Sébastien subjugué se prend les pieds dans une planche mal jointe, patatras le voila à terre.

  • Elle se met aussitôt à beugler… elle a du se faire mal. Alors dans la famille je braille, je voudrais le fils, la mère…

  • Le metteur en scène en perd son chapeau ce n’est pas un film, c’est une foire. Et l’autre qui braille de feuilles en feuilles. Je vais t’en faire un cadavre exquis.

  • Silence, Vous êtes dans un Hôpital ! Ici c’est Ste Marie pas la Victorine.. Infirmiers, ramenez- moi tout ce beau monde dans leur chambre, la pause cinéma est finie.

Voir les commentaires

Rédigé par Atelier Ecriture

Publié dans #Cinéma

Repost0

Publié le 28 Janvier 2020

LE PORTE-VOIX NE FONCTIONNE PAS
 Le porte de voix ne fonctionne pas, crie l'acteur, enlève ton haut de forme, tu entendras mieux, énervé du retard pris !!!
 -  C'est vrai que doit on faire, il ne fait pas chaud, je vais mettre mon manteau, dit Julie faisant la moue !!

 Le chaud du manteau lui cloua le bec, au porte voix .

Julie, encore Julie. Qu'est ce qu'elle a fait pour être là ? susurre l'acteur un tant soit peu vénère. Et presque nue par dessus le marché!!

 Mais bien sûr, c'est la petite amie du producteur, elle n'a aucun talent, tous les acteurs sont excédés...

Ça c'était avant l'affaire Weinstein..
Mais à la Victorine, on s'en fout, on a eu B.B. qui dansait le mambo avec sa jupe fendue jusqu'en haut des cuisses .. Quel souvenir..  allez on s'y remet, restons concentrés.
Bon je vous rappelle que notre film est un reportage sur la sexualité destinée aux écoles, alors arrêtez de parler de Q...
C'est pour l'école ou le kindergasten ?
Le sexe c'est indéfini, ça va bien pour les mâles et les femelles, surtout lorsqu'ils s'accordent.
Et les désaccords, alors les merveilleuses disputes, gifles dans ta gueule, insultes grossières et réconciliations autour d'une blanquette de veau..

 Faut bien faire leur éducation à ces petits, qu'ils sachent un peu ce qu'il leur attend. Quoique maintenant avec les réseaux sociaux  des fois ils 

en savent plus que nous.
 
Un film pour parler sexualité aux ados? Ils me font bien rire dit le metteur en scène. Mais allons y puisqu'il le faut comme on dit "Quand le vin est
 tiré il faut le boire". Encore que par cette chaleur, il faut boire de l'eau.

 -  Du porno, non ah, ah dit Eric devenu tout rouge, la sexualité aux ados, c'est le rôle des éducateurs à l'école? ou alors genre 'Le Blé en Herbe' coquin, câlin, suggestif mais pas violent, pas tous les ados dont délurés ou axés sur la chose!!!!

 

Voir les commentaires

Rédigé par Atelier Ecriture

Publié dans #Cinéma

Repost0

Publié le 28 Janvier 2020

ÇA COGNE DUR..

Ça cogne dur aujourd'hui ! Malgré le parasol, le soleil brûle. Charly, en bras de chemise, n'a rien trouvé de mieux que le chapeau haut-de-forme chipé à l'accessoiriste.

Heureusement, j'ai pu protéger la caméra. Enfin, c'est le midi..

C'est même midi et demi, quand va-t-on manger ? Il serait temps car les trois hommes en bas sont avachis sur leurs sièges.

Chaque fois pareil ! Quand on tourne une pub pour Mac Do, personne n'a d'appétit.

Oh, mais, ça va leur revenir quand ils verront le buffet qu'on a préparé ! Ça n'est pas du Mac Do. Si on veut qu'ils tiennent le coup, faut bien s’occuper d'eux et c'est pas avec du Mac Do qu'ils vont reprendre du poil de la bête, il y a qu'à voir leurs tronches entre deux prises.

Sur les traits des acteurs, on devine la fatigue, l'énervement. On a beau promettre monts et merveilles, rien n'y fait, le moral n'y est pas.

 - Allez tout le monde, un peu d'effort, c'est un sujet intéressant, il faut vous mettre impérativement dans la peau du personnage. Les répétitions étaient parfaites. Trente minutes de repos. allez manger un bout et boire, car c'est vrai, il fait chaud.

 - Une équipe de bras cassés, quoi ! Dis Charly, t'as pas un peu de déo ?

Alors là, c'est Charly à la chocolaterie qui trimballe une équipe des Bronzés à la plage. Le moteur tourne, ou plutôt la caméra. Sauf qu'ils ont oublié d'ôter le cache, scotché par la chaleur. Charly, c'est le patron, tour le monde en a peur. Surtout Julie qui a déjà reçu des avances..

Charly hurle "coupez, coupez", il s'adresse au caméraman.. "t'as oublié le cache, non mais j'y crois pas, déjà que les acteurs sont ringards, si la technique s'y met aussi, moi, je démissionne.

En fait, c'est une "caméra cachée" ... pour le Grand Bêtisier de Noël 2020 que l'on prépare.

 Et Mac Do ?

 

Voir les commentaires

Rédigé par Atelier Ecriture

Publié dans #Cinéma

Repost0

Publié le 28 Janvier 2020

EN VISIONNANT L'IMAGE...

En visionnant l'image, je vois un porte-voix tenu à pleines mains par le metteur en scène, un personnage à côté, dans l'ombre, en dessous, trois hommes avachis sur leurs chaises.

Mais où sont les femmes ? Je scrute à l'endroit, à l'envers, côté gauche, côté droit. Là ! Non vu couffin. Quatre hommes et un couffin, voilà le tournage.

Et voilà que le bébé se met à pleurer. IL manquait plus que ça, qu'est-ce qu'on va faire ? Quelqu'un a idée où on a mis le biberon ?

Panique à bord. On n'avait pas prévu tous ces aléas." Si j'avais su, se dit Laurent le metteur en scène, je n'aurais pas accepté ce tournage. Avec la chaleur, on va devant de gros problèmes "

Déjà le son, trop fort ou pas assez, régler le porte-voix. Bon, c'est vrai que Julie n'a pas pu faire autrement que d'emmener son bébé avec elle. En principe, elle est sage Sophie avec ses douze mois. Elle a peut-être soif, il fait très chaud... Après tout, c'est une bonne idée ; Julie jouera une Cosette maman, c'est bien attachant.

Un peu gênant ce bébé, elle est où la sucette ?

Alors, je vais tenter de récapituler : Laurent, c'est le meneur de jeu, Julie, c'est la blonde qui est venue avec son gnome à sucette, une certaine Sophie, qui va jouer l'enfant battu... mais où est le père ? Aux abonnés absents ? L'acteur fantôme ?

Le père, c'est celui avec le canotier à l'abri sous le parasol, il n'a pas la tête de l"emploi, c'est un bellâtre, trop fils à papa, pas du tout assorti avec Julie très "fille du peuple".

C'est un secret de polichinelle mais oui, c'est bien lui le père du petit braillard et surtout, le julot à Julie... D'ailleurs, c'est le seul qui semble s'intéresser à la scène.

Bon, ok, la famille est au complet. mais le film, qu'est-ce qu'il devient dans tout ça ? Faudrait peut-être envisage... OOOOUUUIIIINNNNN !!! Ah, non ! Faites-là taire cette gosse !

Je me retiens d'aller la mettre dans le caténaire et fermer la porte. Je veux finir ce film.

Non, au contraire, il faut modifier le scénario pour faire jouer le bébé dans le film. Ça met du suspens. Aujourd'hui, c'est Julie l'enfant battu, demain, ça va être le bébé.

Ah, non, on va pas recommencer. Il se fait tard, avec toutes vos embrouilles, vous allez me faire rater mon bus.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Atelier Ecriture

Publié dans #Cinéma

Repost0

Publié le 28 Janvier 2020

MUNICIPALES NICE PREMIÈRE !

 - Municipales Nice première ! Clap.

 - Moteur !

Un clip de plus, encore une élection et toujours les mêmes promesses. Parole, parole..

Bon, mais de toute façon, il faut bien faire bouillir la marmite, alors, un clip de campagne, pourquoi pas. C'est loin d'être mes idées, mais je ne vais pas cracher dans la soupe !

Quand même, se disait Laurent, le metteur en scène, que ne faut-il faire aujourd'hui pour gagner sa vie. Où est passé le temps des comédies endiablées ?

C'est un film sur la condition humaine, pas vraiment comédie musicale, mais plutôt cinéma de réflexion, des rôles psychologiques, dira-t-on..

disait-il à la dame aux cheveux bleus envoyée par son parti, Les Verts.

Mais qui cause à qui ? se creuse Laurent en se grattant la tête.. Qui m'a choisi une équipe pareille ? Des intellos, ou pseudos, qui ne savent même pas ce qu'est une narration... alors, la focale, je n'en parle même pas..

La dame aux cheveux bleus se racle la gorge, devient toute rouge, on voyait bien que c'était la première fois  qu'elle était filmée : "Notre belle ville, bleue de mer, jaune de soleil, a besoin d'une conscience verte...

Encore des postulants qui n'en sont pas. Nice fait rêver, mais qui tient la route ?

Coupez ! Faut la refaire. L'éclairage a fait les cheveux bleus couleur jaune paille ! Je veux du bleu, franc, vif, couleur Méditerranéenne au soleil.

Mettez de l'acrylique dans vos yeux. N'oubliez pas que nous sommes au pays de Klein !

Non, pas toujours les mêmes promesses. c'est la première fois qu'on nous promet de raser le théâtre.

La journée se fait longue. je ne sais pas si vous avez bien tourné, mais je crois que vous vous êtes bien amusés. Les prises seront réussies ? Nous le saurons demain.. peut-être..

Dans son coin, l'électricien ronchonne.. Élection, piège à cons, augmentez nos rémunérations !

Voir les commentaires

Rédigé par Atelier Ecriture

Publié dans #Cinéma

Repost0

Publié le 27 Janvier 2020

CHAPEAU HAUT PARLEUR

"Chapeau (Haut) Parleur" fustige les acteurs tandis que "Casquette nonchalante" traîne les pieds.. Je fais le script du script, ou presque..

"Canotier indécis" repasse son texte, "Pantalon d'équitation" est dubitatif, on va recommencer encore ???..

La chaleur est accablante et semble plonger tout ce beau monde dans la torpeur. Seul, "Chapeau Haut Parleur" semble actif.

En tout cas, il donne de la voix, encourage les nonchalants. Faudra bien le terminer ce film !

Peut-être demain, il n'y a pas le feu au lac, syndicalement parlant, c'est l'heure de la pause, alors, t'as beau aboyer dans ton cornet, l'heure c'est l'heure.

Non, c'est l'inspiration qui donne le rythme et le Chapeau Haut Parleur en a juste maintenant.

Je redonne un coup d'œil à l'image et je m'aperçois que personne n'a remarqué l’échelle ! Ce n'est pas n’importe quelle échelle, c'est une échelle de peintre,large en bas mais très étroite en haut. Quand tu peins un mur de trois mètres de haut, tu as intérêt à bien t'accrocher au pinceau si tu ne veux pas te casser la gueule.

Donc l'accessoiriste doit savoir que le pinceau est plus important que l'échelle. Pour moi, seules les petites starlettes même peinturlurées me font grimper à l'échelle, j'ai confiance dans le pinceau.

Bon, trêve de plaisanterie, Chapeau Haut Parleur reprend les choses en main ; ''je sais, on a bien chaud, on en a marre mais plus vite vous vous bougez, plus vite on aura terminé, alors les gars, on  y va !''

Désespérant de bosser avec vous, crie le metteur en scène. C'est moi qui baisse les bras. Voilà, bonsoir, vous êtes libres.

A ce moment débarque une équipe de cirque.

- Psss, t'as vu la fille, dit Julien..

- Où ? Sur le cheval noir comme ses cheveux... et le nain sur le poney... étrange..

- On se la fair?

- ?

- Ben, la scène ?

 

Voir les commentaires

Rédigé par Atelier Ecriture

Publié dans #Cinéma

Repost0

Publié le 25 Janvier 2020

Depuis son naufrage, il y avait déjà quatre ans de cela, ses cheveux n’avaient plus rencontré un peigne. Il faut dire que sur son île il n’y aurait eu qu’une arête de poisson qui puisse faire l’affaire.

Aussi, il était hésitant devant ce salon de coiffure mixte. Son retour à la civilisation s’annonçait difficile.

 

Il finit par rentrer. La clochette d’entrée tinta gaiement. A ce moment, il se trouva projeté dans un monde qui lui sembla merveilleux. Il se félicita de ne voir aucun autre client. Toutefois, il s’étonna que personne ne l’accueille. Il patienta quelques minutes puis retourna ouvrir la porte pour faire tinter à nouveau le gai carillon. C’est alors qu’un ange lui apparut. « Oh, oh, je rêve ? Est-ce bien là un être de cette planète ? Quelle beauté ! Est-ce là la nouvelle race des coiffeurs ? »

 

  • Monsieur, soyez le bienvenu, que puis-je faire pour vous être agréable ?

  • Bien, je ne vous cacherai rien en vous disant que je viens pour des soins capillaires.

  • En effet, ma question est superflue, mais dites-moi, cette toison n’a pas vu un peigne depuis combien de temps ?

« Oh, oh, je n’aime pas ce ton. Pour qui se prend-elle ? »

 

  • Je suppose qu’on les coupe ? L’hiver est fini, vous n’avez plus besoin de cette parure… encombrante… si j’en juge les difficultés que vous avez à rassembler cette crinière.

 

« Calme-toi, elle te taquine, il faut dire que tu fais un peu peur à voir, non ? »

 

  • Bon, il faut que je vous dise. J’arrive d’une île du bout du monde sur laquelle j’ai échoué voilà quatre ans. Effectivement, durant ce temps la nature a fait son œuvre et me voilà un peu dans le rôle de la bête.

 

« Bien, bien, si elle voulait prendre le rôle de la bête, je ne dirais pas non ! »

 

  • Bon, allez-vous asseoir au lave-tête. Je pense que je peux transformer cette tignasse et vous rendre l’allure d’un homme de notre temps.

 

« D’un autre temps… d’un autre temps… elle veut me faire croire que je lui rappelle un homme préhistorique ? Bon, installe-toi et attends avant de t’énerver. »

 

Il s’installa alors avec des gestes gauches, l’habitude perdue. Elle commença alors le shampoing assez vigoureusement.

 

« Oh là ! je la pensais plus douce ! »

 

Puis au bout de trois rinçages, elle lui appliqua un démêlant expliquant que c’était pour faciliter la coupe. Enfin, elle se saisit de la serviette et lui frictionna son énorme chevelure avec douceur.

Elle le fit changer de place et l’amena sur un siège où il se vit dans le miroir, ainsi que cette femme qui lui était apparue comme un ange.

Il la détailla alors.

Elle se pencha et lui demanda à l’oreille :

  • On coupe court ou on fait ça en plusieurs étapes.

Il avait senti son haleine mentholée et cela l’affolait.

 

« Bien, je lui réponds quoi ? Si je dis court, je ne la revois pas avant longtemps. Non, elle me plaît trop. Je vais choisir l’autre option. Mais ne t’emballe pas mon vieux ».

 

Elle sentit son hésitation et commença à couper quelques centimètres. Il fermait les yeux de bonheur. Il sentait les mains de son ange comme deux papillons virevoltant au-dessus de sa tête. Et peu lui importait maintenant qu’elle coupe deux ou dix centimètres.

A la question : «je suppose qu’on fait la barbe aussi ? » il ne put s’empêcher de répondre avec enthousiasme tant il se trouvait bien entre ses mains.

 

« Je sens que je deviens un nouvel homme, arrête le temps, jolie coiffeuse et fais de moi ce que tu veux. J’ai trouvé la bonne adresse. Je donne ma tête à couper que cela était écrit. Une sorte de toison d’or. »

 

Voir les commentaires

Rédigé par Renée

Publié dans #Cinéma

Repost0

Publié le 25 Janvier 2020

Le 7ème art qui vous ouvre la possibilité de réaliser un vieux rêve ? Qui n’a rêvé de revivre un évènement ou une période heureuse de sa vie ?

Bedos nous en offre l’idée dans son film La Belle époque. Ce film léger nous emporte en l’année 1974. Daniel Auteuil, personnage principal, prête son talent pour restituer les émotions qui ne manquent pas de l’envahir en se retrouvant dans un décor bien précis reconstitué pour l’occasion. Une Fanny Ardant toujours aussi belle et attachante y joue pourtant un rôle de femme aigrie. C’est cette femme, jeune, que Daniel Auteuil veut retrouver dans un temps reculé de 40 ans.

Les aléas de la vie les ont éloignés et pourtant après quelques mésaventures ce couple se retrouvera ou pas, selon l’interprétation que l’on peut faire d’un détail qui peut passer inaperçu. Je ne vous en dis pas plus. A vous d’en juger en allant voir ce film qui n’est pas un chef d’œuvre, certes, mais permet de passer un bon moment.

Et, croyez-moi, il vous incitera certainement à vous demander : « Et moi, à quelle époque voudrais-je revenir ? ».

Voir les commentaires

Rédigé par Renée

Publié dans #Cinéma

Repost0