Publié le 1 Février 2021

Comme je suis distraite ! il y a deux jours, je cherchais mon peignoir dans ma toute petite salle de bains, je vis la manche et stupéfaite, je l'avais sur le dos.  
 
Comme je suis distraite  ! J'attendais patiemment que la file de voitures démarre ,
après vérification,  elle n'a jamais démarrée car j'étais sur la file des voitures garées !
 
Comme je suis distraite, je sortais de mon immeuble et tout le monde me regardait,
j'avais pris mon sac poubelle à la place de mon sac à mains. J'ai eu honte !
 
Comme je suis distraite ! J'ai rangé mon caddy de courses dans le coffre d'une voiture qui ne m'appartenait pas. Pourquoi cette voiture était rouillée subitement,  ma fille me dit  " ce n'est pas ta voiture maman "
 
Comme je suis distraite,  un jour je partais donner mes cours, un sac poubelle à la main et mon cartable avec tout mon matériel pédagogique. J'ai jeté mon cartable et je suis arrivée dans ma classe avec mon sac poubelle à la main !
 
Comme je suis distraite ! Dans les supermarchés il m'arrive souvent d'arriver en caisse avec un charriot qui ne m'appartient pas.
 
Comme je suis distraite,  la liste n'est pas exhaustive...
 
Michèle 

Voir les commentaires

Rédigé par Michèle

Publié dans #Oulipo

Repost0

Publié le 1 Février 2021

POURQUOI M’A-T-ELLE DIT ?
 
 
 
Pourquoi m’a-t-elle dit , en refermant la porte de la maison après m’avoir habillée chaudement et installée dehors sur mon tricycle « Eh bien , va jouer maintenant »? C’était la nuit, j’avais cinq ans et je ne dormais pas
 
Pourquoi m’a-t-elle dit , en me renvoyant ma carte postale soulignée de rouge, « tu nous as habitués à mieux en orthographe »? J’avais huit ans, je venais de sauter une classe et je ne connaissais personne au stage de neige où je m’ennuyais à périr
 
Pourquoi m’a-t-elle dit que j’avais été conçue dès leur mariage pour avoir une raison de rester avec lui ? J’avais treize ans et lui, c’était mon père
 
Pourquoi m’a-t-elle dit que j’étais sa meilleure amie ? À sa meilleure amie on confie ses secrets d’alcôve. À sa fille non.
 
Pourquoi m’a-t-elle dit que si je pleurais à chaque fois qu’il fallait retourner à l’internat elle ne viendrait plus me sortir le jeudi après-midi ? À l’époque, c’était le jeudi qui donnait quartier libre aux écoliers. Et j’étais pensionnaire depuis le CM2
 
Pourquoi m’a-t-elle dit et répété « Si ça continue, je vais devenir folle en restant ici. Il faut que je tienne jusqu’à ce que vous ayez tous les deux le bac » ?  La folie me terrorise et j’ai collectionné au galop les bulletins de bonne élève Mon frère, lui, a pris son temps . Il n’était pas au courant
 
Pourquoi m’a-t-elle dit avec un sanglot « J’avais besoin de serrer un de mes enfants contre moi » ? On m’avait amenée dans une chambre de la clinique d’obstétrique d’un ami. Elle devait se faire enlever un fibrome. Il avait lui aussi, qui n’était pas mon père, les yeux pleins de larmes et lui tenait la main. Est-ce-qu’on pleure un fibrome ?
 
 
 
J’ESPERE QUE JE N’OUBLIERAI JAMAIS
 
 
 
J’espère que je n’oublierai jamais le parfum de violette de ma grand-mère Georgette
 
J’espère que je n’oublierai jamais les parties de gendarmes et voleurs entre plages et rochers de ce petit coin de Bretagne
 
J’espère que je n’oublierai jamais les trois bandes au sein de la ribambelle de cousins ; les petits et les moyens se partageant le grenier-dortoir ; les grands , fiers de leur droit de camper dans le jardin
 
J’espère que je n’oublierai jamais le goût des Carambars que nous allions nous acheter un par un chez la mère Le Pinsec
 
J’espère que je n’oublierai jamais la cueillette des asperges, l’oeil aiguisé à la recherche des petites têtes mauves qui , parmi les cailloux de même couleur , soulevaient la terre des buttes
 
J’espère que je n’oublierai jamais la saveur secrète qu’avait la sauce mousseline de Madame Angèle
 
J’espère que je n’oublierai jamais l’évasion procurée par les livres au cours des interminables heures d’études des années de pension
 
J’espère que je n’oublierai jamais mon éblouissement de collégienne en découvrant l’existence du nombre d’or
 
J’espère que je n’oublierai jamais le plaisir de découvrir, grâce à la passionnante et passionnée Anne-Rose G., la vie des Romains et celle, rocambolesque, des dieux de l’Olympe
 
J’espère que je n’oublierai jamais la danse selon Irène Popard et la fierté d’arborer au gala de fin d’année tunique de satin mauve et bracelet de violettes parmes
 
J’espère que je n’oublierai jamais comme c’était excitant de retourner à la fac apprendre une langue nouvelle, réviser des pages d’histoire oubliées, peaufiner thèmes et versions
 
J’espère que je n’oublierai jamais la sensation qui me saisit , dès que je passe la frontière, d’avoir été Italienne dans une autre vie
 
J’espère que je n’oublierai jamais la façon dont je t’ai rencontré, sur le bateau qui nous emmenait aux îles et s’appelait « Le Roi de Coeur »; ça ne s’invente pas
 
J’espère que je n’oublierai jamais le nombres de rocks endiablés que nous avons dansés sur « My blue suede shoes »
 
J’espère que je n’oublierai jamais le sentiment de complétude absolue chaque fois que j’ai porté  la vie et tenu mon enfant tout neuf au creux du bras
 
J’espère que je n’oublierai jamais l’incrédulité heureuse ressentie en voyant ma fille devenue mère à son tour
 
J’espère que je n’oublierai jamais…

Voir les commentaires

Rédigé par Brigitte M.

Publié dans #Oulipo

Repost0

Publié le 29 Janvier 2021

L'OULIPO

L'Ouvroir de littérature potentielle, généralement désigné par son acronyme OuLiPo (ou Oulipo), est un groupe international de littéraires et de mathématiciens se définissant comme des « rats qui construisent eux-mêmes le labyrinthe dont ils se proposent de sortir1. »

L'OuLiPo se définit d'abord par ce qu'il n'est pas, selon une citation célèbre, bien que discutable, de Raymond Queneau2 :

Ce n'est pas un mouvement littéraire.
Ce n'est pas un séminaire scientifique.
Ce n'est pas de la littérature aléatoire.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Oulipo

L'atelier d'écriture s'empare de quelques sujets et autres consignes de l'OuLiPo dès lundi 1er février 😊

Voir les commentaires

Rédigé par Atelier Ecriture

Publié dans #Oulipo

Repost0

Publié le 28 Janvier 2021

Elle conduit dans Paris, sa voiture est bloquée trois heures dans les embouteillages.

Elle a envie d'aller aux toilettes. 

Elle sort du périphérique et fait quatre fois le tour de celui-ci sans trouver de sortie. 

Elle prie ses Anges Gardiens et miraculeusement sa voiture à des ailes.

Elle pose son véhicule sur les Champs Élysées et va au restaurant faire ses besoins et manger une excellente choucroute. 

Que la Vie est belle !

 

Michèle Coco

Voir les commentaires

Rédigé par Michèle

Publié dans #Divers

Repost0

Publié le 27 Janvier 2021

 

Écrire des petits textes de quelques lignes sur les thèmes suivants :

désertique

froid

sucré

liquide

rouge

propre

somptueux

silencieux

 

Pour exemple, deux petites fictions de Julio Cortazar sur la peur :

« En un certain village d’Écosse, on vend des livres avec une page blanche glissée au milieu des autres. Si un lecteur débouche sur cette page quand sonnent trois heures, il meurt. »

« On connaît le cas d’un voyageur de commerce qui un jour se mit à souffrir du poignet gauche, juste sous son bracelet-montre. Quand il enleva sa montre, le sang se mit à perler : on voyait la trace de dents très fines. »

 

~~~

LES TEXTES

 

~~~

 

Le tableau de couverture a été "emprunté" à

Marc JESUS, peintre Minorquin

...

Plus d'infos sur l'artiste :

Voir les commentaires

Rédigé par Atelier Ecriture

Publié dans #Divers

Repost0

Publié le 27 Janvier 2021

Un liquide froid s'infiltre en veines,
La vie propre, l'absence globale.
Un rouge silence s'insinue sournois
Suinte sur les murs,
Et somme le somptueux sucré 
de s'estomper.
Le dernier pont a cédé
Sous le poids du silence..
Un vide somptueux, réfractaire.
L'écho soudain d'un souvenir sacré.
 
Walking

Walking

Voir les commentaires

Rédigé par Nadine

Publié dans #Divers

Repost0

Publié le 26 Janvier 2021

 

– Désertique

Une vielle légende indigène raconte qu’Il existe sur cette terre, en un lieu tenu secret, un désert immense, où la chaleur torride empêche toute vie de croître où le sable blanc très, très fin, pique les yeux, assèche la gorge où tous les voyageurs meurent de soif dans d’atroces souffrances. Un vieil initié jure avoir croisé au plus profond de ce pays désertique le Roi des scorpions un dimanche matin une serviette de bain sur l’épaule.

-        Bonjour, dit le Roi des scorpions. S’il vous plait, par où est la mer ?

-        Suivez l’étoile du Berger, à l’aube tournée à droite sur cinq mille kilomètres.

-        Merci à toi l’initié.

-        Attention, votre Majesté, la mer est loin, très loin !

-        Oui, certes, mais quelle belle plage !

 

– Froid

Stocké dans un congélateur le magret se rebiffe.

-        Il fait un froid de canard là-dedans !

-        Garde ton sang-froid, répond en écho une vieille tranche de veau.

-        D’habitude je n’ai pas froid aux yeux, mais ici…

-        Une petite vague de froid tout au plus.

-        Une petite vague, tu parles un vrai coup de froid oui !

-        Oh, ho les pissefroids vous allez nous laisser dormir ?

Propos surpris chez l’épicier de la rue Froidevaux.

 

– Sucré

-        Madame, cessez immédiatement de faire votre sucrée.

-        Pardieu Monsieur mon café n’est pas sucré.

-        En ce cas je décide qu’aujourd’hui il vous soit sucré !

-        Sucré, sucré ou sucré… pfuit…

-        Diable, substituez-y quelques mignardises.

-        Assurez-vous quelles fussent toujours salées, sinon…

-        Sinon ?

-        Vous ferez de moi votre sucrée dessalée !

 

– Liquide

L'eau est une substance chimique constituée de molécules H2O. Ce composé est très stable et néanmoins très réactif, et l'eau liquide est aussi un excellent solvant.

Le whisky aussi est liquide pourtant personne ne connait sa formule chimique en plus on en trouve partout et il n’est jamais impropre à la consommation. Alors ?

 

– Rouge

-        Il a deux verres de rouge à portée de main droite !

-        Ce n’est pas du tout ce qu’a écrit Arthur.

-        Ah ?

-        « Il a deux trous rouges au côté droit. »

-        Licence poétique !

 

– Propre

-        Certains disent que « riner » contre un mur dans la rue, ce n’est pas propre.

-        Il est propre à chacun de décider ce qui lui fait du bien.

-        Donc chacun n’est pas propre !

-        Peut-être mais alors pourquoi construit-on des murs ?

-        Fais-toi ta propre opinion !

 

– Somptueux

J’ai entendu dire :

-        J’ai, pour mon anniversaire reçu des cadeaux somptueux !

-        Tu as conduit le nouveau SUV Rolls-Royce, l’intérieur, somptueux !

-        Il est propriétaire d’un hôtel particulier, somptueux !

-        Nous avons fait le tour de la Corse sur un trois mats, somptueux !

-        Vous foulez un tapis persan du XVIème siècle, somptueux !

-        Ils vivent dans un luxe, somptueux !

Moi, je n’utilise jamais l’adjectif somptueux…

 

 

– Silencieux

-        Ne dirait-on pas qu’il est mort ?

-        Oui, ça m’en à tout l’air.

-        Tu l’as tué ?

-        Oui, fallait pas ?

-        Je n’ai rien entendu !

-        Vissé à mon revolver, un silencieux !

-        C’est beau le progrès tout de même !!!

Voir les commentaires

Rédigé par Hervé

Publié dans #Divers

Repost0

Publié le 25 Janvier 2021

Désert

 

D'une superbe oasis au bord du golfe de Gabez en Méditerranée jusqu'à Fériana à l'est de la Tunisie, un immense et somptueux désert s'étend sur une longue distance. Environ douze heures de cheminement pour une colonne de camions d'un transport de troupes. Des dunes et du sable à perte de vue. Du départ tôt le matin, jusqu'à la tombée de la nuit, se fut un décor toujours identique mais jamais pareil. Selon la position du soleil, les ombres et les parties éclairées transformaient le paysage. Cette région paraissant désertique est pourtant occupée, car en milieu de journée nous avons croisé un autochtone, un baluchon au bout d'un bâton posé sur l'épaule, venant de nulle part et allant vers, seul Allah devait le savoir.

 

 

Froid

 

Froide est la terre,                                                                   Des luttes entre frères

Froid est mon cœur,                                                               Aux massacres des sœurs,

Froid qui m'atterre,                                                                 Les choix militaires

Ranime mes peurs,                                                                 Aux penchants violeurs

Froid qui génère                                                                     Pénètrent dans nos terres

Des cris et des pleurs.                                                             Engendrant la terreur.

 

Froid de misère,                                                                      Pour qui ?  Pourquoi ces guerres ?

Froid de chaleur.                                                                     Sinon pour ces dictateurs,

Des nombreux cratères                                                          Pour certains qui espèrent

Que mille aviateurs                                                                Avec l'argent la teneur,

Venus faire la guerre,                                                             De ce monde en jachère

Pilonnent nos valeurs.                                                           Grignotant nos valeurs.

 

Ce froid qui naguère                                                            Essayons d'être frères,

M'avait tiré des pleurs                                                          Unissons nos couleurs,

Aujourd'hui régénère,                                                           Sans ces Dieux confèrent

Mes craintes et leur                                                              Troubles et malheurs.

Ré ouvre les paupières                                                         Rassemblons nos lumières,

Et couler la douleur                                                              Essayons le bonheur.

____________________________________________

 

Ce liquide rouge, sucré est il du sang ? Sans pouvoir l'affirmer, j'avoue que je ne sais pas.

Du sang, oui, Une estafilade propre et nette en travers du cou l'a presque décapité. Le corps est étalé sur une grande pierre blanche au sommet du mont chauve, face a cette somptueuse vue sur la côte d'azur allant de l'Italie jusqu'au delà de l’Estérel. Hors quelques croassements de corbeaux le silence prédomine. Seule une odeur nauséabonde demeure car le cadavre n'est plus très frais.

 

Louis

Voir les commentaires

Rédigé par Louis

Publié dans #Divers

Repost0

Publié le 25 Janvier 2021

Solange avait ‘froid’, ses jambes tremblaient.

La neige commençait à tomber ‘silencieusement’, les flocons voltigeaient de ci delà.

La place était ‘désertique’, pas la moindre âme qui vive pour l’aider à se redresser, son pied lui faisait mal, la peau virait du ‘rouge’ au violet.

 

De son côté Rémy s’ennuyait dans sa chambre, regardant de temps en temps à travers la fenêtre tomber ces plumes légères.

La page blanche de l’écrivain en herbe se remplissait par pensées successives, ce qui est ‘propre’ aux écrivains ou aux esprits trop pressés d’écrire.

L’envie lui prit d’enfiler son ‘somptueux’ manteau à capuche, celui de son père récemment disparu.

Une relique de son paternel, ce psychologue connu pour ses études comparatives sur le cerveau littéraire, ses émotions, ses souvenirs.

        

De loin, il aperçut une masse inerte adossée contre le mur de l’arche reliant ces deux vieux immeubles inoccupés.

Se rapprochant, un ‘liquide’ incolore s’écoulait autour de la cheville de la jeune femme.

Solange était bleue, les yeux mi-clos, les cils recouverts de gel, sa bouche rose entrouverte d’où s’échappait un léger souffle, instinctivement, Rémy l’entoura de sons manteau.

 

Solange, à l’hôpital, fut contente de voir son sauveur, une réaction amusante surprit Rémy qui s’attendait à l’embrasser sur la joue, elle tourna la tête et un baiser léger et ‘sucré’ se posa sur les lèvres du jeune homme.

 

Une belle histoire d’amitié, plus si…… un début de roman que Rémy a intitulé « Le Manteau ».

 

Voir les commentaires

Rédigé par Dominique

Publié dans #Divers

Repost0

Publié le 24 Janvier 2021

A Nice, sur la plage désertique sans doute à cause du covid, de rares promeneurs bravant le froid affirment avoir vu le fantôme de Julio Cortazar cherchant sans doute celui d'Alana. Un feu passant au rouge l'aurait fait fuir.


---
Un crabe s'est échappé du panier de l'homme qui l'a pêché. Il veut vite repartir à la mer mais « marchant » de côté comme tous ses coreligionnaires, il longe la mer sans s'en approcher.

Un vautour qui passait par là le happa. Un photographe du dimanche les filma.

Ils firent la une de Nice Matin.


---
Tout est si silencieux ce matin que j'arrête, pour ne pas le troubler, de verser dans ma gourde propre un liquide énergétique sucré de ma composition que j'emmène toujours quand je fais une balade. Soudain une pluie diluvienne s'abat sur les carreaux de la fenêtre. Sur la moquette est tombée un recueil de vers de Paul Verlaine à la page « ballade » que j'ai lu hier soir.
Oblig
ée de changer de programme, je téléphone à une amie pour l'inviter à déjeuner, mets mon ensemble Armani, prends l'ascenseur tout en pensant « çà va être somptueux ».

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Françoise M.

Publié dans #Divers

Repost0