LAURA A LA FÊTE DES MAI

Publié le 17 Janvier 2024

 
Laura n’a pas assez d’yeux pour tout regarder. Les danseuses et danseurs virevoltent sur l’estrade en bois au son du fifre, de l’accordéon, du tambour, tout autour d’un mât, en croisant les longs rubans de couleur qui entourent celui-ci, puis en les décroisant dans le sens opposé. C’est vif, c’est gai, c’est la fête des Mai, une fête niçoise, un festin comme on dit ici. Laura détaille les danseuses, se penche vers l’oreille de Fanny :
– Adorable cette capeline de paille si joliment brodée, accrochée sur la hanche ! J’aime beaucoup aussi la jupe à rayures rouges, le tablier noir fleuri et le petit corset trop mignon, très joli costume !
– C’est le costume niçois traditionnel, répond Fanny.
 
Fanny est devenue son amie. Les choses se sont faites naturellement. Après la partie de pilou sur la Prom’ (hé oui, elle commence à parler comme les Niçois…), elle a dégusté ce fameux Agua Limone, délicieusement crémeux et citronné au Canastel, a fait plus ample connaissance avec la joyeuse bande. Fanny, toute en sympathique bonne humeur, l’a tout de suite mise à l’aise. A côté d’elle, Pierre, son frère, qui l’a initiée au pilou, la regardait avec un intérêt certain, puis, de l’autre côté de la table, Lucie la douce et Théo, le copain sympa, en couple avec Lucie.
Très vite, elle s’est sentie appréciée, avec l’impression de les connaître depuis longtemps. Des jeunes de son âge, avec qui elle a beaucoup d’affinités. Pas de prise de tête, accueil, gentillesse, énergie et joie de vivre. Ce qui n’empêche pas quelques opinions politiques et autres bien arrêtées, que le plus souvent elle partage, ce qui a encore plus participé à son intégration dans la bande. La conversation s’est orientée sur les projets du week-end à venir et Pierre l’a invitée le dimanche suivant à la fête des Mai.
– Dans la série des traditions locales, après le pilou, la fête des mai, c’est incontournable, lui a-t-il dit en souriant.
 
C’est grâce à Pierre si elle est là aujourd’hui. Elle l’admire ; il danse sur la piste avec la troupe de Nice la Belle, un groupe folklorique de la ville, superbe en pantalon corsaire rayé de rouge et chemise blanche.
– Il danse bien ton frère ! Il y a une signification à cette ronde autour du mât ?
– Oui, ce mât, c’est l’Arbre de Mai, ou l’Arbre de Vie, que l’on retrouve dans de nombreuses civilisations et qui remonterait à l’Antiquité. On dit qu’on tourne le Mai, c’est-à-dire qu’on sort définitivement de l’hiver pour aller vers le printemps. La danse autour du mât représente la course des saisons autour du soleil. La fête des Mai, c’est une fête de la renaissance de la nature.
Drôlement intéressant, dis donc ! Merci pour les explications !
 
La danse se termine sous les applaudissements. Pierre les rejoint.
– Ça t’a plu ? lance-t-il à Laura.
– C’est superbe et magique, surtout depuis que Fanny m’a expliqué l’Arbre de Mai, répond Laura en souriant.
Tant mieux ! Vous avez faim les filles ? Socca, pissaladièra, ou pan bagnat au menu du jour. Que préférez-vous ?
– Pan bagnat sous les oliviers, crie une voix derrière Pierre.
 
Théo et Lucy viennent d’arriver, pile pour le déjeuner. A l’instar de l’Agua Limone, Laura n’a aucune idée de ce que peut être un pan bagnat, mais, là aussi, elle est partante pour le découvrir. Pierre se charge des commandes pendant que les autres cherchent un olivier libre pour les accueillir, ce qui n’est pas chose facile. Le jardin de Cimiez est envahi de monde, les enfants courent partout, les familles, les amis sont regroupés sous les arbres, dans une ambiance conviviale de fête populaire. Laura se dit qu’elle a eu beaucoup de chance de rencontrer ces joueurs de pilou, un beau jour de mai sur la Prom !

Rédigé par Mado

Publié dans #Patrimoine & Méditerranée

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article