PARTIE 2 : TROIS MOTS

Publié le 26 Janvier 2022

 

Avec un extrait de Gérald, en italique

Je restais là silencieux devant ces trois mots «  elle est morte » je venais là de rendre un jugement définitif sur la vie de cette jeune femme, que je ne connaissais pas. Pourtant, il avait, se dit-il interrogé tous les voisins de l’immeuble. Il se repassa le film de la journée.

Tous les habitants défilent dans sa tête et là il se rend compte qu’il ne sait pas grand-chose d’eux. Depuis le départ de ma femme, je m’étais un peu réfugié dans le travail. Finalement il avait fallu que quelqu’un bouscule ses habitudes pour s’ouvrir aux autres. (Extrait d’un texte de Gerald)

C’est drôle, se dit-il, il a fallu une morte pour que je retrouve la vie. Le visage de la morte lui revint en mémoire. Elle semblait dormir ; qui avait osé lui retirer son droit de vivre ? Et lui qui était–il pour qu’en trois mots sans la connaître il écrive son épitaphe sur un rapport qui allait terminer sur une des étagères poussiéreuses des archives de la criminelle. Non, se dit-il ! Je saurais le pourquoi. Il se leva rentra dans le bureau du chef et il expliqua qu’elle ne pouvait pas être qu’un simple numéro dans un dossier non résolu. Il allait reprendre les éléments de l’enquête pour faire la lumière sur cette affaire. Le chef lui donna une semaine pas un jour de plus. Confiant dans sa réussite, il retourna interroger les habitants de l’immeuble.

Personne ne la connaissait !

Personne n’avait entendu quoi que ce soit !

Seule une voisine de palier se souvint qu’elle pensait avoir entendu, mais elle n’en était pas sûre, un bruit le fameux soir. Tout cela commençait mal, il pénétra dans la chambre après avoir retiré les scellés. Allait-elle lui fournir un début de piste ? Allait-elle parler pour l’aider dans sa quête de la vérité


 

Rédigé par Bernard

Publié dans #Divers

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article