PARTIE 2 : NOUS ÉTIONS DEUX

Publié le 27 Janvier 2022

 

Avec un extrait de Bernard, en italique

 

 Nous étions tous les deux. Elle, elle chantait et moi, je riais. La vie nous appartenait. Nous roulions le long d’un grand champ de blé quand soudain tout s’est arrêté.

Quand, soudain, le ciel s'est obscurci. Au loin, d'abord, un épais nuage arrive dans notre direction en prenant de plus en plus d'ampleur. L'endroit où nous étions était une oasis de verdure, mais tous les palmiers disparaissent à l'approche de ce phénomène. Ne reste que le sable soulevé en tourbillons par la première poussée du vent avant le gros de l'ouragan. Nous nous retrouvons seuls, sans abris pour affronter cette tempête de sable. Nous nous allongeons sur le sol, nous nous protégeons la bouche et les yeux avec nos foulards. L'obscurité est trouée en intervalles irréguliers par des éclairs accompagnés de roulements de tonnerres effrayants. Nous creusons une tanière pour nous terrer l'un contre l'autre. La dernière chose que nous voyons et entendons avant d'être ensevelis, c'est un troupeau de buffles fuyant au galop devant ce danger. Dominic et moi nous nous rapprochons pour ne pas être séparés. Nous avons dû nous évanouir car en nous réveillant au pied d'un palmier, enlacés comme deux amants, l'oasis est réapparue. Dominic s'étant réveillée avant moi m'appelle en disant tendrement mon nom : Dominique, Dominique. J'ouvre un œil, Que je referme aussitôt ébloui par un premier rayon de soleil déjà chaud. Nous croyons avoir rêvé ces derniers événements, mais le fait de nous retrouver dans ce trou, prouve que non.... L'étrange de cette histoire n'est pas la tempête de sable précédée de la horde de buffles, non. Ce serait presque une anecdote au vu de la situation.... C'est que Dominic est lesbienne et moi homosexuel, et que, apparemment, dans l'affolement de cette nuit nous avons copulé. Comme le dit si bien la chanson : Dominique nique nique !

 

Rédigé par Louis

Publié dans #Divers

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article