PARTIE 1 : IL MARCHAIT...

Publié le 20 Janvier 2022

 

Avec un extrait de Benoît pour incipit

Depuis toujours il marchait. Du moins, c'est ce qui se disait dans ces montagnes. Louis avait-il jamais été bébé rampant à quatre pattes ? Nul ne s'en souvenait. Depuis toujours il marchait. Sans autre but que le bonheur de marcher, de s’enivrer du spectacle des montagnes et du chant des oiseaux.
 

Tout était vraiment beau et rien ne venait le perturber, pourtant un sentiment étranger à toute cette sérénité tentait de s'emparer de son esprit. Que se passait-il ? La nature qui l'escortait jusqu'à présent, riante et flamboyante, devenait triste et larmoyante. Les petits oiseaux qui charmaient ses oreilles de leur ramage s'étaient volatilisés. Ce ciel, immense et d'un bleu éclatant s'était transformé. Il ressemblait à un marécage boueux, tel que nul être vivant ne survivrait à le traverser. Ce doux chemin où ses pieds s'enfonçaient comme dans un tapis persan tissé de la plus belle soie n'était plus. Il marchait, toujours , mais ses pieds nus s'écorchaient désormais sur des pierres coupantes telles les silex les plus tranchants. Il ne comprenait plus ; ses souvenirs, les moins lointains, lui donnaient l'image d'un homme bien habillé. Il avait revêtu son plus bel uniforme de gala. Ses galons, biens astiqués brillaient comme des diamants et toutes ses belles décorations gagnées au combat, pour avoir tué une nuée de combattants adverses, étaient les témoins de sa vaillance et de son courage… Mais voilà !! ce sentiment étrange effaçait tout et s'emparait de son âme.

Louis était maintenant seul. Seul avec lui même. Pieds nus et en guenille. Le froid s'emparait de son corps. Ce même corps qui lui été devenu étranger. Il se traînait , sans force, seule une obligation, venue d'on ne sait où, le poussait à avancer vers un but qui était certainement écrit sur les pages d'un livre qu'il ne lira jamais.

Il marche, encore et encore, ses pieds saignent, sa tête est vide. Vide de toutes idées. Il voudrait des réponses mais il ne sait pas poser les questions, et surtout, il ne sait pas à qui les poser. Au loin, devant lui, un horizon grisâtre semble l'appeler. De lourds nuages noirs, zébrés d'éclairs, s'avancent, le tonnerre gronde, Louis a peur. Tout le menace. Il tremble, sans vraiment savoir pourquoi. Une pensée l’effleure. Ne serait-il pas en train de payer une dette ? Pourtant, tout allait bien avant qu'il ne s'endorme......

 

Rédigé par Fernand

Publié dans #Divers

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article