TEXTES A DEMARREUR

Publié le 1 Février 2021

POURQUOI M’A-T-ELLE DIT ?
 
 
 
Pourquoi m’a-t-elle dit , en refermant la porte de la maison après m’avoir habillée chaudement et installée dehors sur mon tricycle « Eh bien , va jouer maintenant »? C’était la nuit, j’avais cinq ans et je ne dormais pas
 
Pourquoi m’a-t-elle dit , en me renvoyant ma carte postale soulignée de rouge, « tu nous as habitués à mieux en orthographe »? J’avais huit ans, je venais de sauter une classe et je ne connaissais personne au stage de neige où je m’ennuyais à périr
 
Pourquoi m’a-t-elle dit que j’avais été conçue dès leur mariage pour avoir une raison de rester avec lui ? J’avais treize ans et lui, c’était mon père
 
Pourquoi m’a-t-elle dit que j’étais sa meilleure amie ? À sa meilleure amie on confie ses secrets d’alcôve. À sa fille non.
 
Pourquoi m’a-t-elle dit que si je pleurais à chaque fois qu’il fallait retourner à l’internat elle ne viendrait plus me sortir le jeudi après-midi ? À l’époque, c’était le jeudi qui donnait quartier libre aux écoliers. Et j’étais pensionnaire depuis le CM2
 
Pourquoi m’a-t-elle dit et répété « Si ça continue, je vais devenir folle en restant ici. Il faut que je tienne jusqu’à ce que vous ayez tous les deux le bac » ?  La folie me terrorise et j’ai collectionné au galop les bulletins de bonne élève Mon frère, lui, a pris son temps . Il n’était pas au courant
 
Pourquoi m’a-t-elle dit avec un sanglot « J’avais besoin de serrer un de mes enfants contre moi » ? On m’avait amenée dans une chambre de la clinique d’obstétrique d’un ami. Elle devait se faire enlever un fibrome. Il avait lui aussi, qui n’était pas mon père, les yeux pleins de larmes et lui tenait la main. Est-ce-qu’on pleure un fibrome ?
 
 
 
J’ESPERE QUE JE N’OUBLIERAI JAMAIS
 
 
 
J’espère que je n’oublierai jamais le parfum de violette de ma grand-mère Georgette
 
J’espère que je n’oublierai jamais les parties de gendarmes et voleurs entre plages et rochers de ce petit coin de Bretagne
 
J’espère que je n’oublierai jamais les trois bandes au sein de la ribambelle de cousins ; les petits et les moyens se partageant le grenier-dortoir ; les grands , fiers de leur droit de camper dans le jardin
 
J’espère que je n’oublierai jamais le goût des Carambars que nous allions nous acheter un par un chez la mère Le Pinsec
 
J’espère que je n’oublierai jamais la cueillette des asperges, l’oeil aiguisé à la recherche des petites têtes mauves qui , parmi les cailloux de même couleur , soulevaient la terre des buttes
 
J’espère que je n’oublierai jamais la saveur secrète qu’avait la sauce mousseline de Madame Angèle
 
J’espère que je n’oublierai jamais l’évasion procurée par les livres au cours des interminables heures d’études des années de pension
 
J’espère que je n’oublierai jamais mon éblouissement de collégienne en découvrant l’existence du nombre d’or
 
J’espère que je n’oublierai jamais le plaisir de découvrir, grâce à la passionnante et passionnée Anne-Rose G., la vie des Romains et celle, rocambolesque, des dieux de l’Olympe
 
J’espère que je n’oublierai jamais la danse selon Irène Popard et la fierté d’arborer au gala de fin d’année tunique de satin mauve et bracelet de violettes parmes
 
J’espère que je n’oublierai jamais comme c’était excitant de retourner à la fac apprendre une langue nouvelle, réviser des pages d’histoire oubliées, peaufiner thèmes et versions
 
J’espère que je n’oublierai jamais la sensation qui me saisit , dès que je passe la frontière, d’avoir été Italienne dans une autre vie
 
J’espère que je n’oublierai jamais la façon dont je t’ai rencontré, sur le bateau qui nous emmenait aux îles et s’appelait « Le Roi de Coeur »; ça ne s’invente pas
 
J’espère que je n’oublierai jamais le nombres de rocks endiablés que nous avons dansés sur « My blue suede shoes »
 
J’espère que je n’oublierai jamais le sentiment de complétude absolue chaque fois que j’ai porté  la vie et tenu mon enfant tout neuf au creux du bras
 
J’espère que je n’oublierai jamais l’incrédulité heureuse ressentie en voyant ma fille devenue mère à son tour
 
J’espère que je n’oublierai jamais…

Rédigé par Brigitte M.

Publié dans #Oulipo

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article