ELOI

Publié le 1 Mars 2021

 

 

Chaque jour de sa vie,

Eloi dessine deux hypoténuses

dans le rectangle de son pythagore.

 

Ici, dans cette abbaye, il nourrira détours et des tours

de ses certitudes ou de ses doutes

parmi ces cinq colonnes à la une

puis d'autres cinq colonnes, toujours à la une,

un théorème pour ne pas réveiller le tourner en rond

et sa valse malsaine des chemins de l 'enfer.

 

Quand l 'esprit s'essouffle, il remplace le courant d'air,

le tour de manège fatigue le conscient

et les pas se faufilent pour marcher, sournois,

dans de coupables déplacements.

 

A cet instant, Eloi traverse le pont pour l 'autre aile.
C'est comme l'oiseau rose, l'autre aile,

celle qui permet d'échapper à la couvée du couvent.

 

IL s'était offert le luxe d'un bouquet de secondes.

pour passer chez Courir

s'acheter un jean troué et une paire de baskets.

Sur le trottoir, posé là de sa volonté,

ils sont morts inutiles comme des lambeaux d'illusions.

 

Il revient.

Il rapporte juste dans son sac à dos

des bribes d'un autre livre, pour changer.


Eloi rentre au bercail rejoindre ses âmes frères.

Déjà un ailleurs en tête, il enfile sa robe de bure,

les mains sur le reposoir des fentes de son aube.

 

Demain, il priera son Supérieur

de bien vouloir remplacer la seule dalle fendue

au pied de la quatrième colonne.

 

Eloi veut vivre au creux de sa méditation,

généreuse et pleine,

le toujours pareil, aucune aspérité,

pour ne jamais trébucher,

chaque jour de sa vie.

 

 D' après photo : couvent, flamant rose, quelqu un en jean et bouquin,

le pont, l'intérieur de soi

 

Dany-L


 

 

Rédigé par Dany-L

Publié dans #Ecrire sur des photos

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article