LA PAGE PERDUE

Publié le 14 Mai 2019

Ça ne compte pas pour poils, ce duvet sur mes jambes ?

Claudine s’examine. Nue dans son cuveau d’eau tiède, un bon vieux cuveau qui vient de Montigny, elle traque les éventuelles imperfections de son corps. L’inventaire fait, rassurée sur sa beauté, elle se laisse aller contre le bois râpeux.

Elle s’est mariée ce matin.

Son cœur s’emballe. Elle l’aime si fort… Ne regrette plus du tout d’avoir perdu ses escapades aux premières lueurs de l’aube dans la campagne alentour de son village. La nuit pâlissait à peine, elle chaussait ses gros godillots, partait sur les chemins baignés de rosée, goûtait la fraîcheur pure, le parfum de l’aurore avec la délectation d’une bête heureuse. Après, c’était l’école, Luce qui l’attendait… Et puis, fin des études, départ pour Paris…

Paris, ses voitures à chevaux, leurs roues pneumatiques si confortables sur les rues pavées. Paris, les soirées à l’opéra avec son amoureux. Son amoureux, son mari, dans la chambre, à côté…

Panique… Ce soir elle sera à lui pour la première fois. Désir, peur, impatience, envie de retarder l’instant, envie de fuir la nuit de noces, exaltation affolée, se télescopent dans son cœur éclaté.

Elle secoue la tête. Ses cheveux, coupés sous l’oreille, volent, libres. N’a pas osé dire à sa mère qu’elle avait sacrifié ses longues tresses. Non, ne pas penser à sa mère maintenant…

L’eau du bain refroidit. Frissonnante, Claudine se lève, enjambe le bord du cuveau, s’enroule dans une serviette, laisse l’empreinte de ses pieds mouillés sur les tomettes.

Dans la chambre, son mari l’attend. Elle enfile sa plus jolie chemise et s’en va, à pas menus, le rejoindre.

Rédigé par Mado

Publié dans #Lire pour écrire

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Cendrine 28/08/2019 12:35

J'ai envoyé le lien vers tes textes à une amie, elle adore l'écriture "viscérale" autant que moi
Bises et belle journée, je l'espère
Cendrine

Mado 30/08/2019 07:37

Merci pour tes passages sur mes textes, et de les faire partager.
Bises

Cendrine 28/08/2019 12:13

Je te parlais d'émotion il y a quelques instants, revoilà ce qui happe et hante et traque "dans les cellules..." Juste, j'adore!
Un grand merci pour ce partage, bisous et amitiés
Cendrine