LA BOÎTE

Publié le 1 Mars 2019

Une petite boite décorative. D’où vient-elle ? Facile. C’est Mado qui l’a apportée. Son contenu ? De l’air, si j’ai fait bien attention à l’école. La boite est octogonale, petite, soigneusement travaillée. Le couvercle est décoré d’une mosaïque à base de nacre, avec des cercles rouges et verts et des triangles. En regardant de plus près, on voit que les cercles sont aussi composés de triangles. C’est très original. Elle est très belle. Un vrai bijou.

Son histoire ? A inventer.

C’est la belle-mère de Mado qui lui a offert cette boite pour son mariage. Sur un coussin de velours il y avait un pendentif en argent, un bijou de famille. Disons un pendentif. L’ambre s’impose à mon imagination. Mais y-a-t-il de l’ambre en Arménie ? Je n’en sais rien. Disons alors que le grand-père du mari de Mado a fait un voyage en Pologne, a séjourné au bord de la mer Baltique. Un jour, en se promenant sur la plage, il a trouvé cette merveille d’ambre. Il est pur, ne renferme aucun insecte. Tant mieux. Il est lisse, agréable à toucher, d’une forme harmonieuse, couleur miel de sapin. En rentrant en Arménie, le grand-père en a fait faire un bijou. Il l’a montré à sa mère qui est parti avec le bijou et revenu avec la boite que nous avons devant nos yeux, le pendentif lové dedans. Rendant visite à sa fiancée, il lui a dit que contrairement à ses espoirs, il n’avait pas fait fortune en Pologne. Voulait-elle quand même de lui ? Elle l’a embrassé. Il lui a offert ce pendentif comme symbole de leur amour, de sa pureté, de sa profondeur, de sa constance. La fiancée a accepté. Elle a légué le pendentif à sa fille, la belle-mère de Mado, qui, elle, l’a donné en gage de bonheur à sa bru.

Rédigé par Iliola

Publié dans #Les objets

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article