LA FLEUR

Publié le 20 Septembre 2018

Assis au centre de la pièce entouré par le silence de la nuit, à la lumière d'une chandelle, j'ouvre le grand livre de poésies. Odeur de cuir et du parchemin, mélange de cire et de poussière qui me rappelle les souvenirs de ma jeunesse.

Au beau milieu, entre les pages, une fleur coincée a gardé sa couleur et son parfum oublié.

Tu vois, me dit-elle, je suis là, pour te rappeler ton aventure qui s'est évaporée sur le calendrier du temps. Moi, j'étais au printemps de ma vie, toi, tu m'as cueillie et dans ce livre tu m'as insérée, pour qu'à jamais elle n'oublie ton amour.

 

Mais te souviens-tu, qu'une fleur que l'on arrache

Au napperon de la vie,

Même si dans un pot on l'attache,

Son parfum s'évapore et s'enfuit.

 

Pourtant tu vois, aujourd'hui je suis là, ferme les yeux, laisse-toi griser par mon parfum, mélange âcre et sucré, respire-le jusqu’à t'enivrer, souviens-toi d'elle à travers moi. Mais surtout, n'oublie pas de refermer doucement le livre. Et rappelle-toi, que la nature, les fleurs, les feuilles des arbres ne sont pas des marques-pages pour te rappeler ta vie.

Elles aussi aiment, vivent et meurent dans le cycle de la vie.

Rédigé par Bernard

Publié dans #Écologie et environnement

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article