LA PARTITION

Publié le 11 Décembre 2017

ci-contre : le chef d'orchestre Yan Pascal Tortelier

 
C’était une nuit extraordinaire ; il y avait eu du vent, il avait cessé et les étoiles avaient éclaté comme de l’herbe. La lune se levait sur l’horizon, pleine, lumineuse, attirante…

 

Sylvie sirotait son cocktail bizarre qu’ils nommaient ici exotique. Elle était détendue. Elle attendait ces vacances depuis si longtemps. Dans le lointain, le ressac des vagues sur la plage en contrebas était perçu comme un murmure. Son regard balayait la pelouse et accrocha ce piano au bout du jardin, sous les palmiers. Un si bel objet exposé là en proie au vent, au sable, à l’humidité, quelle drôle d’idée !

 

Elle n’était pas seule à être intéressée. Dans la pénombre, à proximité de la piscine, un homme allongé sur une chaise longue fixait aussi l’instrument. Sylvie s’avança, l’individu la remarqua et l’on entendit :

 

-Drôle de chose hein ? A cet endroit ce n’est pas commun non ?

 

Elle se contenta de hocher la tête ne sachant que répondre. Son regard interpellé par ce qu’elle voyait, parcourait le couvercle ouvert, les cordes, les marteaux… Le protège touche était fermé. Elle s’en approcha, le souleva. Les touches apparurent éblouissantes sous le clair de lune. Une partition se trouvait là, pliée. Un appel en quelque sorte… Elle la déplia, l’installa sur le chevalet, essaya de la déchiffrer.

 

-Vous savez en jouer ? lui demanda l’inconnu.

 

Elle fit signe que oui de la tête.

 

-Et bien allez-y ! Accompagné d’un geste large de la main.

 

Sylvie comprit l’invitation. Elle s’installa, tâtonna pour en vérifier les accords. Le piano semblait être bien accordé. Elle se lança, esquissant une musique aérienne évoquant une cavalcade de nuages. Tout commençait bien pour retomber brusquement. L’individu se leva, s’approcha, s’accouda près du clavier. Il avait saisi le talent de la pianiste et visiblement il essayait de comprendre ce qui ne cadrait pas. Sylvie était interloquée.

 

-Ça s’arrête comme ça ? Bizarre non ?

 

Lui sortit de sa poche une autre partition et la glissa sur le chevalet.

 

-Peut-être la suite ? demanda-t-elle.

-Pour tout vous dire, j’ai découvert ces partitions au pied du piano. Oubliées par celui qui l’a installé ici, qui sait ? Vous permettez ?

 

Il s’assit à côté d’elle, la regarda le temps d’intégrer le tempo et … des quatre mains s’envola une mélodie puissante, comme une tempête qui se préparait sur la mer, pourtant si calme en contrebas. Sylvie se retrouva noyée sous un flot de notes auxquelles elle n’était pas préparée. De toutes les tables occupées dans la salle ouverte à côté, les têtes se retournèrent. Les dernières notes orageuses s’arrêtèrent en même temps que débutèrent les applaudissements de la salle de restaurant.

 

La nuit ne faisait que commencer … La lune poursuivait son bonhomme de chemin … Sylvie, blottie sur l’épaule de Yan-Pascal, rêvait à ce souvenir si particulier.

 

-Tu te rappelles de notre première rencontre ? La lune était aussi belle non ?

 

 

Rédigé par Gérald

Publié dans #Musique et Danse, #Ecrire sur des photos

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article