ALLITÉRATION ET ASSONANCE

Publié le 11 Août 2017

White on White (Malevich, 1918)

White on White (Malevich, 1918)

  • L’ALLITÉRATION

 

L’allitération est une figure de style qui consiste en la répétition d'une ou plusieurs consonnes dans un vers ou une même phrase.

Elle permet un effet rythmique et renforce, sur le plan phonique, le sens de la phrase par sa fonction d’harmonie imitative comme ce vers de Racine dont le redoublement des consonnes sifflantes s imitent le bruit du serpent :

« Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ? »

Andromaque de RACINE (acte V, scène 5)
 

De même, en musique, sur les paroles de Serge Gainsbourg, dans lequel la répétition de « t » et « c » suggère efficacement le bruit d'une arme automatique :

« Dans les 3 jours, voilà le tac-tac-tac
Des mitraillettes qui reviennent à l'attaque »
Bonnie and Clyde – SERGE GAINSBOURG

 

Ou les allitérations dentales pour suggérer le bruit des gouttes :

"Tandis que les gouttes de Fowler tombent dans l'eau"

Thérèse Desqueyroux – FRANÇOIS MAURIAC

 

  • L’ASSONANCE

 

L’assonance est la répétition d’une même voyelle dans une phrase ou dans un vers. L'effet recherché est, comme dans le cas de l'allitération, la répétition expressive ou harmonique.

« Sous le pont Mirabeau coule la Seine
Et nos am
ours
Faut-il qu'il m'en s
ouvienne
La joie venait t
oujours après la peine  »

Alcools - Guillaume APOLLINAIRE


Dans ce vers, l'assonance en [u] accompagne l'idée de fuite du temps et de nostalgie des amours perdues.

Voir aussi la rubrique "Prosodie" page 23 sur le lien ci-dessous :

https://www.etudes-litteraires.com/_img/contributions/versification-prosodie.pdf

Publié dans #Les ateliers

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article