LA PROM’ D’OR

Publié le 4 Juillet 2017

Marre de tout. Marre de mes problèmes. Allez, faire un peu de yoga ne me fera que du bien. Il y a plein de monde autour de moi, pas grave. Je vais me créer une bulle de concentration. Allongée sur mon tapis de bain en accordéon pour lisser les galets pointus, concaves et convexes, je ferme les yeux. Mon Dieu que j’ai la tête lourde. Malgré les yeux fermés, je vois rouge. Je devine même mes cellules. J’essaie de détendre tous mes muscles. Mes doigts de pied sont légers comme des plumes, je relâche mes muscles un par un en remontant.

Le vent souffle sur les perles d’eau de mon corps de baigneuse. Le soleil transperce mon épiderme et mon sang coule en rivière d’or. Il me réchauffe de l’intérieur. Je suis une fille du Système solaire. Ma langue conserve le goût du sel de la mer. Elle aurait besoin d’eau douce. Tant pis, je reste immobile comme une momie. Quel Bonheur que de sentir son corps. La tête me gratte, mais je n’y touche pas. Mes cheveux sèchent en bloc et deviennent comme ceux d’un Playmobil. Mes doigts tout fripés me renvoient un toucher désagréable de sillons crénelés. Pas de douces caresses possibles. Je sens les galets chauffer et les toucher me hérisse le poil. Leur fine couche râpeuse de sel me fait penser à de la saleté. J’entends le va-et-vient des vagues, le roulement des cailloux, j’en perçois des gros, des moins gros et des tout petits qui sont pris dans ce tourbillon. Des cris d’enfants m’énervent, des Italiens jacassent, tchatchent, n’en finissent pas de parlare… Il doit y avoir une mouette ou deux, elles se chamaillent un bout de pain lancé par un touriste ignare des bonnes mœurs de la nature.

Je respire encore tout ce fluide d’or et l’expire. Je vais bientôt entourer toute la plage d’or. Tous ces corps deviendront des statues d’or. Et là enfin nous aurons le droit évident d’être classés au patrimoine de l’Unesco !

Rédigé par Marie

Publié dans #Patrimoine & Méditerranée

Repost 0
Commenter cet article