ÉRIC

Publié le 23 Mai 2017

Par un concours de circonstances malheureux, Eric a rompu avec sa dernière petite amie.

Il l'a rencontrée à Sclos de Contes, mignonne un peu fofolle, mais bon elle, a jeté son dévolu sur lui.

C'est vrai que, en y repensant, Sandra traînait toujours avec de drôles de gens, mais Eric était amoureux.

Elle habite une caravane avec ses parents. Un jour cette dernière lui dit :

- J'ai donné ton adresse à une copine d'enfance qui a eu des problèmes de drogue, rien de grave, mais mes parents ne l'aiment pas, acceptes-tu que sa lettre arrive chez toi ?

Quelques semaines se passent pas de courrier, mais 1 paquet, puis 2 adressés à Sandra.

Un jour, le jeune homme rentre chez eux (car entre temps elle a emménagé avec lui ) quelle est sa surprise de voir la police en sortir.

- Que se passe-t-il, demande Eric ?

- Il y a longtemps que nous surveillons ce groupe de jeunes impliqués dans un trafic d'objets d'art, des statuettes chargées de drogue, répondit l'officier de l'ordre, vous étiez au courant ?

Le jeune homme tombe des nues.

En fait ajoute le policier, tout le village est au courant, vous êtes un gentil garçon, trop gentil et le groupe en a profité.

Aujourd'hui Eric se remémore cette histoire qui s'est déroulée dans sa jeunesse.

L'expérience fait la force des choses et des sentiments à venir, c'est en faisant des erreurs que l'on apprend...

Maintenant le jeune homme est avocat en pénal, son passé lui sert à être objectif.

Un jour qu'elle ne fut pas sa surprise en traitant son dernier dossier, Sandra et ses acolytes, sortis de prison récemment ont recommencé leurs exploits, mais à échelle nationale.

La jeune femme est toujours aussi belle, son sourire angélique... ses complices ont pris de l'assurance, le procès s'annonçant difficile il aura lieu en huis clos, de tout évidence les preuves sont là. Des journalistes se tiennent en bas du Palais de Justice, car un parent du Maire de Châteauneuf est impliqué.

L'audience est remise plusieurs fois, mais le procès se finalise sans heurt.

La jeune femme est émue de revoir Eric et interrogée seule avoue les noms de ses complices, cela étant à sa décharge, elle n'écope que de quelques mois de détention.

Un jour, alors qu'Eric installé dans un cabinet d'avocats de groupe, ne pense plus du tout à ses démêlés avec Sandra et son groupe, une lettre arrive à son domicile, une certaine Aurélie s'inquiète de ne plus avoir de nouvelles de son amie Sandra, la lettre date de 3 ans.

Bizarre, pense-t-il, c'est l'ancienne copine que les parents de cette dernière n'aimaient pas.

Encore une histoire de stupéfiants ou autres magouilles. Il jette la lettre dans la poubelle de son bureau.

Le temps passe, puis un jour occupé par un dossier compliqué d'adultère, de divorce, un nom apparaît, celui de l'expéditrice de la fameuse lettre, Aurélie, de son mari et de sa maîtresse Sandra.

Une certitude se dessine à l'horizon, le passé de maître Eric va ressurgir malgré lui. Il propose à un de ses collègues de prendre en charge ce dossier, mais ce dernier refuse, déjà surchargé de travail.

L'avocat ne se doute pas des manigances et des rebondissements sentimentaux et juridiques qui vont à nouveau bouleverser sa vie.

Le dossier, les convocations, les confrontations des différents partis, ne s'avéraient pas de bon augure, faisant renaître des sentiments contradictoires dans sa tête.

Aurélie s'est mariée, sans être sortie du milieu de la drogue et par malheur a épousé un homme" charmant" qui au fil du temps l'a prostituée.

Drôle d'histoire, mais que vient faire Sandra! Par un concours de circonstances, il apprend que cette dernière (son ancien amour), a rencontré Alain, le mari de son amie Aurélie, celui-ci lui fait croire qu'il est célibataire, leur relation se concrétise et Alain continue à mener une double vie.

Un jour, à la piscine municipale du village, les deux amies se rencontrent par hasard, elles sont contentes de se retrouver.

Leur complicité est un bonheur et un malheur pour la suite des événements.

...

Eric apprendra que Sandra a repris ses études afin d'être psychologue auprès des tribunaux.

Devenue une femme qui a mûri et pris de l'assurance.

Un jour Aurélie organise un dîner avec Sandra pour la présenter à son mari.

Ayant un peu bu, ce dernier fait une énorme gaffe et la vérité éclate, suivie d'une dispute et d'une gifle.

Sandra pense avoir réussi à convaincre son amie de son innocence.

Quand quelques semaines après cette dernière reçois une convocation chez le juge.

Dossier compliqué, non, l'avocat Eric est très convaincant, preuves et témoignages à l’appui, tout compte-fait, Alain, le mari, écope de prison avec sursis et sa femme Aurélie est admise dans une clinique de désintoxication.

La vie est pleine d'imprévus, un jour le cas d'un enfant autiste mal traité amène Sandra à se rendre au Palais de Justice.

Par un hasard organisé par "Cupidon avec ses flèches", les anciens amoureux de jeunesse, Eric et Sandra, se retrouvent dans la salle des pas perdus.

Leurs affaires traitées.

Un café, puis un restaurant se terminant par une ballade au clair de lune, ils se racontent leur passé, allongés dans l'herbe.

- Je ne me suis jamais marié, dit Eric.

- En revanche, réplique la jeune femme, après mes ennuis de jeunesse, je suis allée vivre chez mes grands-parents au "Village", un joli petit hameau, avec les portes des maisons ornées de peintures décoratives.

Un jour, ma grand mère Yvonne a reçu la lettre d'une de mes amies, habitant à Sclos de Contes, ce petit village de mon enfance, elle resta rêveuse quelques minutes… n'ayant pu me joindre à ce moment.

Et puis, continua Sandra, j'ai rencontré Jacques, un médecin psychiatre qui m'a sorti de ma torpeur, je l'ai suivi à Paris où j'ai fait mes études de psychologie.

Trois ans après nous nous sommes séparés et je suis revenue, j'habite à Nice maintenant.

Je vais voir le plus souvent possible mes grands-parents, j'ai découvert une grande tribu, cousins, cousines habitant dans diverses régions de France.

Je savais que Mamie Yvonne avait des sœurs et Papy Pierre des frères.

Sa sœur préférée, la plus jeune, Jane, vit en Vendée, depuis la mort de son mari, elle ne veut plus voir personne, mais ma petite grand-mère préférée a dans l'idée de réunir tout le monde pour les fêtes de fin d'année.

Un jour avec l'aide de Papi et de leur auxiliaire de vie, ils ont exécuté de magnifiques sous verres, disposant les photos façon arbre généalogique, ceux-ci trônant sur la cheminée.

Durant mon séjour chez eux au "Village", j'ai aidé à retrouver plusieurs adresses.

Amandine, je ne la connais pas, mais j'aime bien son prénom...

Pierre, de son côté, se met à la recherche de ses frères.

...

Avant de lui faire connaître ses grands parents, Sandra demande à Eric de s'arrêter quelques minutes pour prendre un café chez une amie qui tient "l 'Auberge des Remparts", Lucie, un personnage haut en couleur par sa gentillesse, sa capacité d'adaptation face aux conflits personnels de certains habitants du " Village".

Lucie les reçut avec les yeux brillants, prenant ses lunettes les remontant sur son nez, ceci deux à trois fois, c'est un tic émotionnel.

Juste un petit moment pour te revoir, te faire un bisou et surtout te présenter un ami très cher Eric, dit Sandra.

Les amoureux se détendaient, riaient aux larmes en s'étouffant à la manière de raconter les potins de ce village, par Lucie.

Rémy est revenu, la tête toujours pleine de souvenirs et de rêves qui continuent à le harceler, des recherches toujours utopiques, mais quelquefois bizarrement concrètes selon ses rencontres.

Louis toujours dans ses rêves de grande guerre qui n'en finissait plus d'arriver.

Il s'est marié, oui oui, avec Marinette la bergère du " Haut plateau ", gentille comme lui, pas d'enfant mais des moutons, des chèvres et bien sûr son âne à Louis, tous les deux se font vieux, mais ils sont les attractions du "Village ", sans méchanceté aucune .

Donc, j'ai retrouvé Mamie Yvonne et Papi Pierre, la jeune femme rougit, les larmes aux bords des yeux, je vais leur présenter Eric, qui est avocat et prendre des nouvelles des mes oncles et tantes, cousins, cousines. Ils m'ont promis d'essayer de réunir la plupart d'entre eux.

En sortant de l'auberge, les amoureux croisent Gérard sautant de joie, il a enfin après maintes et maintes correspondances auprès de personnes compétentes à travers le pays, obtenu des appuis lui facilitant la rédaction de son ouvrage, lui offrant la finalité de ses espérances, la parution de son premier livre, après des années de recherches.

Tout à son bonheur, il n'a pas reconnu Sandra.

Sur le chemin de " La Grande Bâtisse ", ils croisent des gens, des choses, des endroits qui font remonter des souvenirs à la jeune femme .

Mamie Yvonne les accueille en tremblant d'émotion et de rires saccadés de joie.

Il est comme je l'imaginais, grand, beau, l'air si doux et amoureux, ce dernier esquissant un sourire.

Quelques jours après la visite de Sandra, l'aubergiste, lui téléphona, elle était contente de l'avoir revue, trouvant qu'avec Eric, ils formaient un beau couple.

Elles papotaient sur les uns et les autres.

- Je ne savais pas que Louis s'était marié, dit la jeune femme.

- Il n'est pas marié, mais Marinette est une bonne amie, une confidente et quand ce dernier "monte à Paris", la bergère s'occupe de son âne Cadichon.

- C'est un homme charmant et toujours prêt à rendre service.

Grand-mère, d'un pas résolu, voulut aller chercher le sous-verre contenant des photos de famille retrouvées dans le grenier et arrangées avec Pierre, son facétieux mari et leur auxiliaire de vie, il y a quelques temps, après la réapparition de Sandra, quand déboula le fougueux Griffon de la famille, qui renversa Mamie dans les bras d'Eric.

- L'atmosphère est à la joie on dirait, dit Sandra, se tenant sur le perron, accompagnée de quelques cousins, cousines, récupérés sur internet, puis sur Skype, c'est bien Skype on peut visualiser et se familiariser avec des personnes perdues de vue depuis longtemps.

Sandra et Eric, main dans la main, entrèrent dans le salon où trônait, sur la cheminée, le fameux portrait de famille, suivis par les grands-parents et autres personnes présentes.

Une idée lumineuse, mais cependant bien réfléchie, jaillit de Papi Pierre :

- Nous somme heureux d'avoir retrouvé certains membres de notre famille, on a pensé avec Yvonne, comme les fêtes de fin d'année approchent, faire un repas chez Lucie, à l'Auberge des Remparts. Cela nous fera moins de fatigue et si, par la même occasion, Sandra et Eric désirent célébrer leurs fiançailles !!!! Éventuellement, nos amis de village, Louis, Marinette, Gérard, Rémy et les autres seraient les bienvenus en se joignant à notre petite tribu...

_____________________________________________________________________________________

Rédigé par Dominique

Publié dans #Ecriture collective

Repost 0
Commenter cet article