MONDE SOUS-MARIN

Publié le 25 Mars 2017

Suite à l'atelier "Nouvelle littéraire", une mini-nouvelle à partir du titre :

 

MONDE SOUS-MARIN

 

La voiture arrive au terme du chemin caillouteux. S’arrête dans un nuage de poussière. Les pins ondulent lentement sous la brise. Bertrand et Virginie entament une descente chahutée vers la crique. Le sentier se perd parmi les lentisques et les genêts. Virginie est soucieuse :

-Tu penses qu’il sera là ?

-Mais évidement ! Comment voudrais-tu qu’il ne soit pas là ?

Les mouettes glissent sans bruit, inclinant bizarrement leurs têtes vers ces intrus et continuent leurs vols majestueux. La mer s’aperçoit en contrebas.

-Tu sais, plus j’y pense et plus je me dis qu’on aurait dû lui envoyer un signe. Je ne sais pas, on aurait peut-être pu laisser quelque chose hier ?

-Tu en as de bonnes toi ! Le prévenir, laisser quelque chose hier et pourquoi pas un SMS aussi ! Tu n’as pas oublié qu’il aime surtout sa liberté ! Tu es bien placée pour le savoir non ?

-Oui je sais ! Mais il est peut être blessé ?

-Ecoute, c’est toi qui lui as proposé cette vie ! Il avait l’air d’être d’accord. Pourquoi toujours imaginer le pire ?

La descente s’achève. La plage est atteinte. Un coup d’œil circulaire sur le sable et sur la mer : rien ! Personne ! Les pieds brûlent. Ils se déshabillent, se glissent dans l’eau. Virginie nage la tête sous la surface, les cheveux épars. Les vaguelettes la caresse, la submerge ; Après tout elle a donné le maximum.

Soudain une brûlure intense aux jambes et à l’épaule. Elle se sent envahie par une semi paralysie, prends conscience qu’elle a du mal à surnager, se sent couler. Bertrand parti dans une autre direction ne s’en rends pas compte. Elle voudrait crier, n’y arrive pas. Elle reprend son souffle et aperçoit une forme sombre qui s’approche, la pousse vers le rivage, la soutien. Elle pense :

-Ah ! Merci Bertrand, je n’ai pas vu ces méduses. Attention à toi !

Lui, se rappelle cette blessure profonde, ce mauvais coup d’hélice. Cette sensation de s’en aller loin, très loin …Puis cette main chaleureuse qui l’a recueilli, transporté au centre océanographique, soigné, choyé, remis à l’eau ici. Le dauphin chéri de Virginie est au rendez-vous …

_____________________________________________________________________________________

Rédigé par Gérald

Publié dans #Les animaux

Repost 0
Commenter cet article