MARIAGE URSELFIEN

Publié le 5 Mars 2017

Tentative d'écriture Fantasy...

***

Dans le monde glacé du Septentrion Rugissant, le peuple des Urselfiens se compose d’elfes et d’ours. A chaque elfe son ours, à chaque ours son elfe. Indissociables, ils ne peuvent vivre l’un sans l’autre, la mort de l’un entraîne la mort de l’autre. Comme si l’un était l’étincelle de vie de l’autre et inversement. Un Urselfien est en fait une seule personne composée de deux êtres ou un seul être composé de deux personnes : un elfe et un ours physiquement inséparables, liés par un lien invisible insectionnable.

 

C’est jour de fête aujourd’hui : Balati-Tabali, la fille du gouverneur, épouse en grandes pompes Osbur-Orsub, jeune chevalier urselfien. Il a fallu négocier longtemps pour parvenir à ce mariage car, fait rarissime, leurs ours respectifs refusaient cette union. D’habitude, elfes et ours sont tellement fusionnels que ce qui convient à l’un, convient automatiquement à l’autre. Mais les parties ours des fiancés ne s’appréciaient pas. L’idée de ce mariage a réactivé une vieille haine oubliée, une haine remontant à leurs ancêtres.

 

En ce temps-là, une guerre avait opposé leurs aïeuls. Ces derniers se sont battus pour conquérir le Livre de Connaissance. L’ancêtre de Balati-Tabali a terrassé son adversaire qui fut emprisonné de longues années. Son épouse, contrainte à l’exil, a élevé ses enfants dans un esprit de vengeance. Les générations se sont succédées, les rancœurs se sont apaisées, voire effacées dans la mémoire des elfes. Mais elles sont restées en sommeil dans celle des ours. La vieille histoire a surgi du passé. La partie ours du chevalier restait bloquée sur la vengeance. Mais la partie elfe a su désamorcer la colère ourse en expliquant que, bien des siècles plus tard, leur famille allait par ce mariage, accéder aussi au Livre de Connaissance.

 

Aujourd’hui, c’est la joie dans la ville. Les mariés défilent sur leur char tiré par quatre licornes immaculées. Les ours se sont parés de fleurs sauvages, les elfes portent des vêtements de soie tissés par la Belle Tribu des Vers à soie, venue exprès pour l’événement. L’épée d’or d’Osbur-Orsub scintille sous les soleils bleus. Le père de la mariée accueille les amoureux sous le kiosque à mariage. Le Livre de Connaissance s’ouvre, les mots s’envolent, s’irisent de lumière et retombent en pluie légère sur les mariés. La Connaissance les pénètre, la Mémoire et la Sagesse des Mondes désormais les habitent.

 

Et moi, humaine clandestine dans cette histoire, je repars sur la pointe des pieds, laissant le Septentrion Rugissant s’endormir dans mon imaginaire...

Publié dans #Les animaux

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article