LES CLICHÉS

Publié le 18 Mars 2017

Issus de l'atelier "LES CLICHÉS", les textes de Monique :

Clichés

 

  1. Camus ampoulé

 

Un bolide pétaradant à deux roues, conduit par un homme de taille réduite et de faible corpulence, arborant un lorgnon et un pantalon qui semblait tout droit sorti d’une aventure de Tintin, avait eu l’impudence de me doubler et de s’installer devant moi au feu tricolore. Marquant un arrêt, ce gringalet avait calé le moteur de son bruyant engin et se donnait une peine infinie pour lui donner un second souffle, mais ses efforts restaient lettre morte. Quand le feu tricolore changea de couleur pour nous laisser le passage, je le priai instamment, usant de la déférence qui m’était coutumière, de bien vouloir me céder le passage en mettant de côté son véhicule motorisé. L’individu de modeste taille était encore en proie à un vif courroux contre son moteur qui refusait obstinément de reprendre du service. Il me rétorqua in petto, montant sur ses grands chevaux et faisant fi des lois de la civilité, que je pouvais aller me faire voir chez les Grecs. Prenant mon courage à deux mains, je me mis en tête d’enjoindre ce conducteur exaspérant de respecter les règles de la plus élémentaire courtoisie et de prendre en considération l’entrave qu’il occasionnait aux véhicules qui s’efforçaient de le dépasser. Le fanfaron atrabilaire, poussé à bout par l’insondable obstination de son moteur à refuser catégoriquement de démarrer, me fit savoir que si j’émettais le souhait de le voir mettre son poing sur ma figure, c’est avec une joie sans mélange qu’il s’acquitterait de cette délicate mission. Une impudence aussi ahurissante me mit dans une colère noire et je résolus de m’extraire de ma voiture, animé d’une détermination sans faille, fermement décidé à rendre à ce matamore la monnaie de sa pièce. Mais en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, de la foule qui, comme par enchantement, commençait à former une amas compact, surgit un olibrius qui se jeta sur moi comme la vérole sur le bas clergé et usa de sa persuasion pour m’intimer l’ordre de m’abstenir de lever la main sur ce douteux personnage, au fallacieux prétexte que, chevauchant son engin à roulettes, il ne faisait pas le poids et que je serais un fieffé gredin si je m’avisais de tirer parti de la situation. J’attendis de pied ferme ce fier à bras, et pour ne rien vous cacher, il n’apparut même pas dans mon champ de vision. A la vitesse de l’éclair, le diabolique engin fit entendre son vrombissement et c’est alors que, tel un coup de massue, me fut asséné un direct du droit sur le pavillon. A peine avais-je eu le temps de reprendre mes esprits et de tourner les talons que le bolide infernal prit la poudre d’escampette.

 

  1. Raviver les clichés

 

  • Je caresse l’idée de partir au bout du monde.

  • Ah bon ! Et vous la caressez dans le sens du poil ?

  • Oui, autant que possible, sinon l’idée ne peut pas germer.

  • Comment ça, elle reste en terre, alors ?

  • Euh, disons qu’elle ne fait que de brèves apparitions.

  • Ah ! En quelque sorte, elle tente de se frayer un chemin dans le labyrinthe de vos pensées ?

  • C’est cela et quand je m’y abandonne corps et âme, elle suffit à me plonger dans une joie indicible.

  • Je vois et quand comptez-vous la passer au crible de la dure réalité ?

  • Je ne sais trop. Peut-être restera-t-elle à l’état d’ébauche et irradiera-t-elle ainsi de sa lumière mon paysage intérieur

Rédigé par Monique

Publié dans #Divers

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article