LA NARRATION POLICIÈRE

Publié le 27 Mars 2017

http://www.ac-rouen.fr/academie/politiques-educatives/sciences-integrees-m-p-s-investigation-policiere-117412.kjsp

http://www.ac-rouen.fr/academie/politiques-educatives/sciences-integrees-m-p-s-investigation-policiere-117412.kjsp

Dans la narration policière, la difficulté est d’inventer à la fois un mystère et sa solution. Un crime a été commis, qui est le coupable ?

 

La narration policière se déroule en répondant aux compléments circonstanciels de :

- temps : quand ?

- lieu: où ?

- moyen : comment ?

- cause ou but : pourquoi ?

Et bien sûr, le récit se termine en répondant à la question : qui ?

 

 - Commencez par chercher un mobile : argent, amour, jalousie, ambition, vengeance, mauvaise conscience...

 - Brouillez les pistes, soignez les alibis.

 - Mettez en place les indices pour amener le détective à la vérité : indices matériels, oraux, témoignages non concordants, papiers falsifiés, etc.

 - N’oubliez pas les preuves qui serviront au procès : journaux, ticket d’autoroute, caméra de surveillance, test scientifique, empreinte…

 - Rédigez votre intrigue comme un fait-divers, faites une liste pour vérifier que tout concorde.

 - Créer vos personnages – cf « Le personnage littéraire» –, choisissez le type de narration – cf « Narrateur et point de vue » – , jouez avec la chronologie – cf « Le temps du récit » –, et soignez la solution.

Tous les éléments de l’enquête doivent s’emboîter parfaitement, s’explique de manière rationnelle. Rien ne doit être oublié. De plus, le lecteur ne doit pas deviner trop tôt qui est le coupable afin que la lecture reste intéressante jusqu’au bout. La solution doit surprendre le lecteur – cf : « la nouvelle » – .

 

  • EXEMPLE DE MYSTÈRE ET SOLUTION :

 

Le mystère :

LA TRAGÉDIE DE MARDSON MANOR


J’avais été appelé hors de la capitale durant quelques jours et, à mon retour, je trouvai Poirot occupé à boucler sa petite valise.
— A la bonne heure, Hastings, je craignais que vous ne soyez pas revenu à temps pour m’accompagner.
— On vous a donc appelé à l’aide quelque part ?
— Oui, bien que je doive admettre, d’après les apparences, que l’affaire ne semble pas passionnante. La compagnie d’assurances, L’Union de l’Ouest, m’a demandé d’enquêter sur la mort d’un certain Maltravers qui avait contracté chez eux, quelques semaines plus tôt, une assurance sur la vie pour la belle somme de cinquante mille livres !
[…]



La solution :

J’avouai :
— Même à présent, je ne réalise pas très bien ce crime et son exécution !
— Commençons par le commencement. Nous avons une jeune femme clairvoyante et calculatrice qui, connaissant la débâcle financière de son mari et lasse d’un compagnon vieillissant qu’elle n’avait épousé que pour son argent, pousse ce dernier à contracter une importante assurance sur la vie en sa faveur. Ceci fait, elle cherche le moyen d’accomplir son dessein. La chance le lui offre ! L’étrange aventure racontée par le jeune officier ! L’après-midi suivant, lorsque Monsieur le Capitaine est en haute mer, comme elle le pense, elle et son mari flânent sur les pelouses et j’imagine leur dialogue : « Quelle bizarre histoire Black nous a racontée, hier soir au souper, observe-t-elle. Un homme peut-il vraiment se suicider de cette façon ? Montrez-moi si c’est possible ? ». Le pauvre fou lui montre, il place l’extrémité du fusil dans sa bouche. Elle se baisse et pose la main sur la gâchette, riant en levant les yeux sur lui : « Et maintenant, monsieur, conclut-elle friponne, supposons que je presse la gâchette ? ». Et alors… Et alors, Hastings… Elle la presse !

Agatha Christie, La tragédie de Mardson Manor, in Les enquêtes d’Hercule Poirot, © Librairie des Champs Élysées, 1968.
 

LECTURE :

La nouvelle de Hervé

SUJETS D'ÉCRITURE :

- Résumez une trame policière en indiquant le mystère et en faisant intervenir tous les compléments circonstanciels.

__________________________________________________________________________

Publié dans #Les ateliers

Repost 0
Commenter cet article