RIVIERA

Publié le 11 Janvier 2017

Riviera oubliée, douce endormie

J'avance à pas menus sur ton assoupissement

Ne pas te réveiller

 

Abandonnée

sous l'ombrelle de tes palmiers

ton jupon blanc, frou-frou

d'hôtels particuliers

aux volutes crémeuses,

délicate gourmandise…

 

Tes cheveux de lauriers-roses

recueillent les murmures

d'une nostalgie… chuchotée,

touchante dans son élégance

surannée.

 

La mer à tes pieds

Bercée

sur le temps immobile

Belle endormie…

Ne pas te réveiller

je m'en vais...

Rédigé par Madeleine

Publié dans #Patrimoine & Méditerranée

Repost 0
Commenter cet article