NARRATEUR ET POINT DE VUE

Publié le 16 Janvier 2017

NARRATEUR ET POINT DE VUE

ATELIER DU 16 JANVIER 2017

 

NARRATEUR ET POINT DE VUE DANS L’ÉCRITURE

 

Qu’est-ce que le narrateur ?

 

Le narrateur est celui qui raconte l’histoire dans un récit, un roman.

En littérature, il existe deux narrateurs : le narrateur interne et le narrateur externe.

 

  • Narrateur interne : en « je » :

Le narrateur interne est un personnage du roman. Il raconte l’histoire en même temps qu’il la vit et livre au lecteur ses pensées, ses sentiments. Le lecteur devient son confident.

 

  • Narrateur externe : en « il » :

Le narrateur externe est extérieur au roman. Il raconte l’histoire comme un témoin invisible, un observateur. Il ne fait pas partie de l’histoire.

 

 

Qu’est-ce que le point de vue ?

 

Appelé aussi focalisation, le point de vue est ‘l’œil’ du narrateur, sa manière de voir et relater l’histoire.

Il y a trois points de vue ou focalisation : interne, externe ou omniscient, appelé aussi focalisation zéro.

 

  • focalisation interne :

Le narrateur est un personnage qui raconte, pense, décrit, interprète les pensées des autres. Le lecteur entre ainsi dans la tête de ce personnage et connaît ses pensées, ses sentiments.

Si la focalisation interne est indissociable du narrateur interne, le narrateur en « il » peut être aussi en focalisation interne. Le narrateur est alors extérieur au texte et raconte l'histoire, mais la narration se fait du point de vue d'un personnage, généralement le principal. De fait, le lecteur connaît les pensées et les sentiments de ce personnage, mais pas des autres. Il ne connaît d'eux que ce que connaît le personnage, à savoir, leurs paroles, leurs comportements.

 

Narrateur interne (en « je ») et focalisation interne :

Ex : j'étais en plein petit déjeuner quand le téléphone sonna. Agacée, je me levai pour répondre. Je déteste être interrompue sur une délicieuse tartine. Au bout du fil, la voix de Sonia bégayait, hoquetait.

 

Narrateur externe (en « il ») et focalisation interne :

Ex : Sophie était en plein petit déjeuner quand le téléphone sonna. Agacée, elle se leva pour répondre. Elle détestait être interrompue sur une délicieuse tartine. Au bout du fil, la voix de Sonia bégayait, hoquetait.

 

  • focalisation externe :

Le narrateur est extérieur au texte et ne connaît ni les pensées, ni les sentiments des personnages. Il raconte les choses comme le ferait une caméra. Il se contente de décrire, de suggérer. C'est le lecteur qui interprète, réagit, exprime son ressenti (joie, colère…). Le lecteur entre en communion avec l'auteur. C'est ce que l'on appelle l'écriture blanche. On peut aussi l'utiliser avec le narrateur interne, quand celui-ci décrit une situation par exemple.

 

Narrateur externe (en « il ») et focalisation externe :

Ex : Sophie était en plein petit déjeuner quand le téléphone sonna. Elle soupira, se leva pour répondre en reposant sa tartine d'un geste brusque. Au bout du fil, la voix de Sonia bégayait, hoquetait.

 

  • point de vue omniscient ou focalisation zéro :

Le narrateur sait tout sur tous les personnages, leur passé, leur futur, leurs pensées, leurs sentiments. Il peut faire des prolepses (projection dans le futur), des analepses (projection dans le passé). Il ne laisse aucune place à l'interprétation du lecteur, mais permet d'expliquer les intrigues compliquées. Utilisée en alternance avec la focalisation interne, elle accentue la dimension psychologique d'un récit.

 

Narrateur externe (en « il ») et focalisation zéro :

Ex : Sophie était en plein petit déjeuner quand le téléphone sonna. Agacée, elle se leva pour répondre. Elle détestait être interrompue sur une délicieuse tartine et ne se doutait pas, à ce moment-là, qu’elle ne la terminerait jamais. Au bout du fil, Sonia bégayait, hoquetait, désemparée par la nouvelle.

 

 

  • Conclusion :

Faites des essais, changez de narrateur, de pont de vue et voyez comment votre récit fonctionne. Évitez le pathos, les phrases faites pour faire pleurer. Essayer de rentrer dans la tête de personnages variés, même les plus antipathiques. Choisissez votre narrateur, sa focalisation et restez-y fidèle tout au long du récit. On peut changer de focalisation au cours d'un texte, mais cela l'affaiblit, surtout si on ne le fait pas exprès. Alors, traquez les changements de focalisation involontaires !

 

***

SUJET D'ÉCRITURE :

L'atelier ayant choisi à l'unanimité le thème LES ANIMAUX pour les séances à venir, voici donc le sujet du jour :

  • Écrivez le début d'une histoire dont la situation de départ est, au choix :

- la rencontre d'un poisson et d'un ver de terre accroché à son hameçon

- la rencontre d'un lion et d'une gazelle le soir au point d'eau

- la rencontre d'un loup et d'un mouton dans le Mercantour

- la rencontre d'un chat et d'un chien devant le panier de l'un que l'autre s'apprête à investir

  • Racontez cette scène trois fois :

1) en narrateur externe, focalisation externe

2) en narrateur externe, avec le point de vue (focalisation interne) d'un des animaux

3) en narrateur externe, avec le point de vue (focalisation interne) de l'autre animal.

  • Choisissez la version que vous préférez pour, éventuellement, poursuivre l'histoire chez vous. Vous nous la lirez au prochain atelier...

Publié dans #Les ateliers

Repost 0
Commenter cet article