UN RÊVE ÉVANOUI

Publié le 22 Août 2016

Parfois, les rêves restent des rêves dans BALLON ROND ET PUMES D'AZUR...

*****

Le médecin s’installe derrière son bureau, prend les radios qui se trouvent devant lui, les étudie pendant un bon moment, les compare les unes aux autres. Il lève les yeux et regarde d’abord le père, ensuite le fils pour poser de nouveau ses yeux sur le père, s’adressant à lui en lui disant qu’il était désolé, mais que son fils avait hérité de la malformation du genou du père. Il ne pourra pas faire du ski de compétition, c’était totalement exclu. Là, toute de suite, il pouvait lui faire une injection de cortisone pour soulager sa douleur, mais c’était tout ce qu’il pouvait faire.

Un silence profond s’installe dans le cabinet du médecin, et quand le garçon commence à sangloter, le père se met en colère. Mais ce n’est pas possible, on peut envoyer l’homme sur la lune, on peut faire des bébés éprouvette, choisir le sexe, la couleur des yeux, des cheveux de son enfant, bientôt on va cloner l’homme, mais on ne peut pas réparer une toute petite malformation au genou ? C’est impossible. Il y a certainement des chirurgiens spécialistes du genou, en Amérique, en Russie, en Chine. On n’allait pas en rester là, à se dire bêtement qu’il n’y avait rien à faire.

Le médecin essaie de l’interrompre, de lui dire que son fils pouvait vivre normalement, qu’il pouvait faire du ski de piste le week-end, pendant les vacances, comme le père d’ailleurs, mais que les efforts de la compétition allaient trop user ce genou, il devait d’ores et déjà s’en rendre compte. Il ne pouvait pas faire à son fils une injection de cortisone toutes les semaines. C’était une substance qui avait des effets secondaires non négligeables, et puis, à trente ans, son fils n’aurait tout simplement plus de genoux. De toute façon, la malformation allait empêcher son fils d'être parmi les meilleurs, il se ruinerait la santé pour rien. Le prix à payer était bien trop élevé.

Le fils se lève, dit à son père qu’il faut partir, dit au revoir au médecin, au revoir et merci. Dehors, il se jette dans les bras de son père, lui dit que ce n’est pas grave, qu’il fera autre chose.

Rédigé par Iliola

Publié dans #sport

Repost 0
Commenter cet article